Catalogne

Barcelone : l’indépendance et les alternatives

Version imprimable de cet article Version imprimable


De retour de la capitale catalane, des camarades d’AL nous font partager leur expérience, celle d’une ville en pleine ébullition politique, où groupes militants et squats impulsent une véritable dynamique d’autonomie locale.

L’élément qui frappe dans Barcelone, c’est l’omniprésence de la question de l’indépendance et de l’autonomie de la Catalogne dans la rue. Il n’y a pas une façade d’immeuble qui ne porte le drapeau rayé rouge et jaune des indépendantistes. Loin d’être une question simplement identitaire, cette indépendance se pose aussi souvent comme un choix d’organisation sociale alternative. La Catalogne est politiquement ancrée beaucoup plus à gauche que le reste de l’Espagne, et les mouvements progressistes représentent une part non négligeable des mouvements indépendantistes.

graffiti mural à Argentona, près de Barcelone.
« pour l’unité de la langue et des pays catalans »

Dans la rue, cette hégémonie se manifeste par de nombreuses affiches et tags, et par la présence réelle des mouvements et organisations politiques lors des événements publics. Les festas majores de l’été, fêtes de quartier au cours desquelles se succèdent concerts, animations et décorations des rues, sont ainsi l’occasion de recouvrir l’espace publics de banderoles antifascistes et antisexistes et d’organiser concerts de soutien et événements festifs largement fréquentés au-delà des cercles militants.

On peut voir aussi, dans le quartier de Gracia, historiquement révolutionnaire, un nombre assez conséquent d’espaces politiques ouvertement radicaux ayant pignon sur rue. Peu après notre passage, une manifestation de près de 2 millions de personnes a eu lieu pour réclamer l’indépendance.

Gauche radicale

Dans les urnes, la Candidatura d’Unitad Popular (CUP), qui est une coalition de la gauche radicale (comprenant plusieurs groupes communistes, trotskystes, etc.) connaît un succès électoral grandissant. L’actuelle maire de Barcelone, Ada Colau, soutenue par des partis réformistes et ceux issu du mouvement des Indignés (comme Podemos), a été élue en juin. C’est une ancienne militante proche des milieux squats et anti-expulsion. Ses premières mesures ont d’ailleurs été de stopper les expulsions locatives et des squats.

La mouvance anarchiste n’est pas en reste, et évolue en contact avec les autres tendances politiques sans perdre sa radicalité pour autant. Outre une présence syndicale importante, que ce soit avec la CGT-E ou la CNT-AIT, une multitude de groupes libertaires locaux existent dans la ville, parmi lesquels la sympathique Accio Libertaria du quartier de Sants, récemment créée. Bien que la question de l’indépendance semble un élément de division chez les libertaires, leurs pratiques de luttes locales permettent d’avoir un ancrage dans les quartiers et une légitimité populaire intéressante, notamment à travers la pratiques des espaces de luttes et des centres sociaux autogérés existant un peu partout dans la ville.

Lieux populaires

Les camarades catalans ont développé des pratiques bien rodées de solidarités locales et d’occupation des espaces vides, transformés en lieux populaires. Cela leur donne une légitimité politique et une visibilité indiscutable. Celle-ci a éclaté au grand jour lors des tentatives de destruction du centre social autogéré Can Vies, à Sants, en 2014.

Alors que la police forçait l’entrée et que les bulldozers commençaient à raser ce squat historique, les anarchistes, soutenus par les habitants du quartier, ont mis le feu aux machines et ont bloqué les rues, lançant des émeutes dans tout Barcelone pendant une semaine, forçant la mairie à renoncer à l’expulsion et même à proposer de reconstruire le bâtiment.

Ce rapport de force perdure encore aujourd’hui, alors que les expulsions ont été arrêtées. La mairie de Barcelone, pour éviter de nouvelles émeutes, a même payé le loyer d’une grande agence bancaire squattée à Gracia, sans même prévenir les militants et militantes qui occupaient !

la pelleteuse venue détruire Can Vies incendiée

Ce qui rend possible cette dynamique, c’est l’utilisation pertinente des lieux par les militants. Loin de s’enfermer dans l’entre-soi, ces endroits sont avant tout ouverts à des activités sociales et culturelles menées pour et par les habitants et habitantes du quartier. Il ne s’agit pas d’accueillir des activités de quartier dans un lieu politique, mais bien d’animer un lieu collectivement avec des militants et des habitants, sans que la dimension d’activisme politique et celle des solidarités concrètes et directes soient mises en concurrence.

À Can Vies, la place dédiée aux activités politiques dans le squat fait l’objet de discussions, pour que chacun (politisé-e ou non) y trouve son compte. Tous les lieux que nous avons pu voir à Barcelone, et ceux dont on nous a parlé, hébergent des collectifs, mènent des activités périscolaires, animent une cantine sociale, une librairie autogérée, des groupes de lecture ou de théâtre... Ces activités sont une nécessité pour toutes et tous, car l’État est absent de ce domaine, et seule l’Église mène des activités sociales.

Contre la gentrification

Les lieux sont nombreux, du fait de cette ouverture et de l’arrêt de nombreux chantiers de construction avec la récente crise économique. Rien qu’à Sants, nous avons vu ou entendu parler d’une dizaine de locaux ou de squats tenus par des libertaires. Ce réseau permet de lancer des luttes locales, notamment celle, centrale, de la lutte contre les expulsions et la gentrification en cours dans Barcelone. Ils permettent aussi d’informer et d’organiser beaucoup d’événements de solidarité face à la répression.

Par ailleurs, lorsque squatter devient difficile, certains groupes ont développé des techniques originales pour conserver les lieux. Par exemple, s’appuyer sur les conseils d’habitants pour exiger la préemption des lieux vides dans le quartier et les occuper. Ou alors, s’appuyer sur un réseau de dons pour payer le loyer des locaux, en parallèle du financement des activités sociales.

Occuper et résister !

Pratiques communes autogestionnaires

Tous ces éléments permettent aux libertaires d’être ancrés dans le quotidien, mais aussi de se retrouver sur des pratiques communes autogestionnaires, dans une mouvance aussi divisée qu’en France. Le résultat étant une légitimité, un poids important dans les luttes sociales, et un fort soutien de la population, qui s’y retrouve notamment au niveau financier : les collectes de dons pour reconstruire Can Vies ont atteint plusieurs milliers d’euros. Une assemblée générale en septembre doit déterminer comment ils seront utilisés. Par ailleurs, un besoin de structuration s’est fait sentir pour une partie des groupes libertaires, et une Federacion Anarqista de Catalunya (FAC) a vu le jour, toujours sur la même base locale. Nous ne pouvons que lui souhaiter de réussir !

En tout cas, cette expérience a été riche pour nous, tant au niveau humain que politique. Elle nous donne des pistes pour construire un ancrage local à partir des lieux que nous pouvons occuper ou avoir, une dynamique qui peine à se mettre en place en France.

Yugz (AL Val-d’Oise) et Clem (AL Paris nord-est)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut