Brèves

Version imprimable de cet article Version imprimable


Énergie “ Total-itaire ”

Christophe de Margerie, nouveau patron du groupe pétrolier Total, envisage une diversification dans le nucléaire. Or cette industrie opaque, dangereuse et à la rentabilité douteuse (lire pages 12-13) ne peut pas exister sans perfusion financière étatique. Si Total va jusqu’au bout de ce projet (rien n’est moins sûr), ce sera vraisemblablement avec d’énormes injections d’argent public… les bénéfices, eux, seront à coup sûr privatisés !

Inégalités réévaluées

Alors qu’on l’estime traditionnellement à environ 20 %, l’inégalité de rémunération entre les hommes et les femmes est en fait d’environ 37 % ! Cet écart a été calculé par l’Insee en 2006, en prenant en compte pour la première fois les inégalités de temps d’emploi (temps partiel et chômage), les inégalités de postes de travail (les hommes accèdent souvent à des postes plus élevés que les femmes) et les inégalités de salaires (à qualifications égales les femmes sont encore moins payées que leurs homologues masculins).

Airbus : vers une catastrophe sociale

Lentement mais sûrement, la direction d’Airbus et le gouvernement Villepin entraînent les salariés de l’aéronautique vers une catastrophe sociale. Tous les jours, on fait part aux salariés de rumeurs de licenciements et les chiffres (non officiels) du nombre d’emplois supprimés ne cessent d’augmenter : 10 000 à 12 000. On évoque d’ailleurs uniquement les chiffres concernant Airbus, mais la saignée risque d’être beaucoup plus profonde chez les sous-traitants, dont Airbus souhaite réduire le nombre de moitié. À Toulouse, cela a déjà commencé : depuis le gel des embauches, en septembre, les sous-traitants sortent progressivement du site. Et ce n’est qu’un début, le plan d’économie n’ayant pas encore été concrètement mis en place.

Chasse aux sorcières au Pays basque

Même ceux et celles qui se croient irréprochables et intouchables peuvent connaître la répression… Ainsi le chef du gouvernement régional basque Juan José Ibarretxe, membre du Parti national basque (PNV, centriste), doit répondre devant la justice espagnole de “ discussions ” en avril 2006 avec trois représentants du parti indépendantiste Batasuna, interdit en Espagne. L’affaire a provoqué un tollé.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut