Campagne d’AL : Elargir et fédérer de nouveaux groupes

Version imprimable de cet article Version imprimable


Que ce soit pour les grèves du 29 janvier et du 19 mars, le mouvement des enseignantes et des enseignants-chercheurs, la solidarité anticolonialiste avec la Palestine et les Antilles ou encore la mobilisation contre l’OTAN, partout les militantes et militants d’AL contribuent à impulser, avec d’autres, des dynamiques à la fois unitaires et offensives. Concrètement, la majorité des groupes AL se renforcent, comme en région parisienne, en Bretagne, en Loire-Atlantique, en Aquitaine, à Orléans, Marseille, Montpellier, Angers, Rouen... Des adhésions sont en cours sur Avignon, Arles, Lyon et en Moselle. Au-delà du renforcement quantitatif d’AL et la création de nouveaux groupes comme à Bordeaux et Saint-Brieuc, c’est bien la stratégie de convergence qu’AL propose qui fait débat et attire de nouvelles personnes. C’est également la démonstration qu’au-delà d’AL, les libertaires ont la capacité de peser dans les luttes en proposant une stratégie d’action extra-parlementaire. Le renforcement d’AL n’est utile que s’il s’articule avec une volonté de casser les logiques de dispersion. C’est dans ce sens que le groupe de Paris nord-est a organisé une rencontre autour de militants syndicaux (CGT, Solidaires, CNT) et politiques (NPA, AL) pour discuter des moyens et de redonner une légitimité à l’action collective, propre à bousculer l’ordre capitaliste. L’heure n’ets plus à se lamenter sur l’attentisme des confédérations syndicales. Quelles revendications peuvent nous rassembler ? Comment articuler mesures d’urgence et projet de transformation sociale ? Autant de questions que les Antillaises et les Antillais se sont posées avant de rentrer dans la grèce générale. Pour qu’une telle stratégie se développe, il faut que le courant communiste libertaire se renforce. Prenez contact, adhérez, militez.

Laurent Esquerre (AL Paris nord-est), Lucien Pivert (AL Marseille)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut