Chronique du travail aliéné : Chantal, chef d’agence bancaire

Version imprimable de cet article Version imprimable


La chronique mensuelle de Marie-Louise Michel (psychologue du travail)


<titre|titre="Ils ne m’envoient que des branques">

Je suis chef d’agence, mais ils veulent me faire changer de poste, avec baisse de responsabilité. Ils veulent me mettre attachée commerciale « pour me rapprocher de chez moi » ! J’ai reçu ça comme une gifle. Tout ça au téléphone. C’est une vraie perte de responsabilité ! En tant qu directrice d’agence, vous avez affaire à des chiffres et des tableaux, et un peu de management… Ça fait trente ans que je suis dans la boîte. Je reçois aussi des clients parfois, mais ça va, je ne prends que les clients aisés qui ont des soucis de patrimoine. Je sais ce que je vais leur vendre, ils ont un bon taux de rentabilité pour la boîte.

Tandis qu’attachée commerciale c’est dur. Avant le client on pouvait le voir plusieurs fois pour un prêt par exemple, maintenant c’est une fois. C’est simple, les objectifs : c’est cinq rendez-vous par jour avec trois ventes de produits par client. C’est infaisable ! Déjà humainement parlant… Les crédits revolving, les assurances-vie, en deux ans ils sont ratatinés, signalés à la Banque de France… Et puis il faut déjà les obtenir les rendez-vous ! Il faut faire du phoning : regarder le fichier clients et repérer qui vaut le coup et qui se laissera faire, et se faire envoyer balader… à 20 heures, on cueille les gens chez eux, il y en a qui n’apprécient pas.

D’ailleurs je n’ai pas de chance comme chef d’agence, je n’arrive pas à avoir des attachés commerciaux qui tiennent le coup. Ils n’ont jamais pu me faire leur chiffre ! J’en ai un qui a même fait un infarctus devant tout le monde, il faut voir ! Un autre, il subissait les clients, des yeux sinistres, il arrivait déjà en sueur le matin… Évidemment, il ne vendait rien, alors il achetait lui-même les produits pour faire son chiffre, il y en a beaucoup qui font ça. On ferme les yeux parce que, après tout, c’est vendu quand même ! Et puis après tout, il y a des aides pour le surendettement…

Personne ne tenait ses objectifs, ils veulent me dégrader à cause de ça, mais ce n’est pas de ma faute s’ils ne m’envoient que des branques ! Comment ils veulent que je remplisse les objectifs de la banque avec ces abrutis, toujours 52, 54 ans, ils n’ont pas de punch !

* Seul le prénom a été modifié, le reste est authentique.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut