Communiqué de la Coordination Internationale (ICC) « Non à la guerre Non à l’Otan »

Version imprimable de cet article Version imprimable


De La Coordination anti-Otan de Strasbourg

De la « Marche de Pâques » Bade Wurttemberg

Du Collectif anti-Otan Strasbourg

A l’initiative des autorités préfectorales les négociations ont repris sur les différents points en suspend.

La question essentielle de la viabilisation d’une partie du terrain proposé au sud de Strasbourg a été au cœur des discussions lors de la rencontre informelle de vendredi soir. La question de la viabilisation (champs labourés), qui conditionne notre acceptation de ce site, reste posée. Des solutions sont envisagées et devraient être formalisées la semaine prochaine. Il n’en reste pas moins que la date du sommet approche, comme en témoigne l’agitation perceptible dans la capitale alsacienne, et que les travaux de viabilisation devront se faire au plus tôt. Ceci permettrait aux commissions techniques de travailler concrètement sur l’architecture du village qui devra accueillir entre 7 et 8000 habitantes et habitants au plus fort de la mobilisation du contre sommet de l’Otan entre le 1 et le 5 Avril.

Concernant la manifestation nous avons réitéré notre refus d’être relégués dans ce no man’s land que constitue le port autonome de Strasbourg. Nous demandons instamment aux autorités d’accéder à notre droit de manifester dans des conditions qui ne doivent pas être perçues comme vexantes et discriminatoires par celles et ceux qui viendront manifester.

Dans un article de presse le Préfet, Monsieur Rebière, indique sa déception que la « charge » du contre sommet ne soit pas mieux équitablement répartie entre les deux bords du Rhin. Mais en parlant de charge peut être faudrait il aborder celles qu’impose le sommet de l’Otan proprement dit.

En effet est ce à cause de nous :
- Que l’on entrave la liberté de circulation des Strasbourgeois et qu’on les « badge » en les « fichant » ? Sont ils des terroristes en puissance ?
- Que l’on ferme la cathédrale, le lycée Kléber et 114 établissements scolaires, le TNS etc. autant de lieux propices à des complots ?
- Que les transports publics seront stoppés et la circulation automobile interdite ?
- Que des autoroutes seront fermées à la circulation ?
- Que la navigation fluviale sera stoppée ?
- Que la préfecture se « blinde » ? Que des « checkpoint » et 50 000 barrières bloqueront les rues ?
- Que les « indigents » SDF et autres miséreux seront évacués de la ville ?
- Que des dépenses pharaoniques sont engagées pour accueillir, tels des rois de droit divin, 27 chefs d’Etat et leurs suites ?

Qui prend en otage les habitants ? Qui donne de Strasbourg une image de ville forteresse qui accueille une institution internationale symbole de guerre ? Combien y aura-t-il de morts en Afghanistan durant la tenu de ce sommet ?

Est-ce pour « protéger » le centre de Strasbourg d’éventuels dégâts matériels qu’un dispositif policier sans précèdent est mobilisé ? Pourquoi 60 hélicoptères ? Pourquoi un dirigeable de surveillance dans le ciel strasbourgeois ?

Monsieur le préfet nous ne minimisons pas les contraintes qui sont les vôtres.. Pour autant nous refusons ces amalgames qui donnent prétexte à des interdits qui implicitement criminalisent le mouvement social que nous représentons.

Nous refusons de participer à une polémique qui tend à accréditer qu’une situation de guerre civile prévaudra durant ce contre sommet. Il est de votre mission d’accueillir le contre sommet dans des conditions acceptables par celles et ceux qui contestent cette institution internationale qui ne pense le monde qu’en terme de conflits guerriers.

Il est plus que temps qu’un vrai débat s’engage sur le rôle de l’Otan. La crise internationale, financière, écologique, sociale, économique, impose une autre vision du monde que celle guerrière de l’Otan. C’est cette idée, utopie diront certains, dont nous sommes porteurs.

Par ailleurs, la coordination anti Otan Strasbourg lance un appel aux alsaciens et alsaciennes soucieux de marquer leur opposition à la politique de l’Otan à se joindre à l’élan collectif pour faire vivre ce Village alternatif et écologique. Il est possible de proposer des aides pratiques (juristes, secouristes, traducteur/trices…) techniques (chapiteaux, grandes tentes, matériaux de bricolage, bicyclette, nourriture…) financière en prenant contact par mail avec la coordination anti Otan

 
☰ Accès rapide
Retour en haut