Communistes unitaires : « Antilibéraux et anticapitalistes »

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’association des Communistes unitaires, avec laquelle des militantes et militants d’AL travaillent au sein de collectifs unitaires locaux, est engagée dans l’Appel de Politis [1], qui propose la construction d’une fédération de forces politiques à la gauche de la gauche. Rencontre avec Gilles Alfonsi, membre du collectif d’animation des Communistes unitaires.

Alternative libertaire : Les Communistes unitaires (CU) veulent agir en lien avec « les luttes sociales et le mouvement antilibéral ». Mais le communisme, c’est l’antithèse du capitalisme. Alors, antilibéraux ou anticapitalistes ?

Gilles Alfonsi : Nous sommes antilibéraux et anticapitalistes. Nous ne limitons pas notre approche à la critique des formes actuelles du capitalisme et notre horizon est le dépassement de toutes les grandes aliénations historiques. (…) Enfin, nous sommes pour l’inclusion d’une sensibilité communiste organisée au sein d’une force politique de transformation sociale et écologiste capable de contester l’hégémonie du social-libéralisme sur la gauche.

L’Appel de Politis ressemble à d’autres initiatives pour une « gauche vraiment de gauche ». Qu’est-ce qui est différent cette fois ?

Nous sommes partie prenante de cet appel, qui est aujourd’hui le cadre d’initiative le plus large sur l’alternative politique. Il réunit à la fois des forces politiques et des forces sociales, mouvementistes, syndicalistes, associatives, des citoyens… Or, pour les CU, les enjeux du rapport entre mouvement social et politique d’une part, et du rapport aux institutions d’autre part sont essentiels si l’on veut s’émanciper d’une délégation de pouvoir qui dépossède les citoyens. En ce sens, nous pensons qu’à côté des réflexions et initiatives à prendre sur les urgences – économiques, sociales, démocratiques, écologiques, européenne et de paix –, il est nécessaire de penser « projet politique », c’est-à-dire de dessiner une cohérence politique entièrement neuve. Reste ensuite l’enjeu de lui donner force politique, sans quoi il n’existe pas d’alternative politique.

En quoi cette dynamique est-elle différente de celle du NPA ?

La LCR se métamorphose en NPA et propose de rallier à sa démarche ceux qui le souhaitent. Pour notre part, nous pensons que la création d’une force de transformation […] pluraliste nécessite un processus co-élaboré de bout en bout, et sans préalable.

Quelle démarche vous rapproche des Alternatifs, Alter Ekolo et Écologie solidaire ?

Nous disons depuis l’échec de la candidature unitaire à la présidentielle qu’il faut une force politique la plus large possible. Pour avancer dans ce sens, nous esquissons une initiative avec la coordination des Collectifs unitaires, les Alternatifs et certains courants de l’écologie radicale, en souhaitant que d’autres forces et cultures militantes y contribuent aussi. Il s’agit de fédérer nos énergies, d’agir ensemble et de développer des initiatives politiques en commun. La construction de listes unitaires à l’occasion des élections européennes est un autre enjeu majeur : nous proposons là aussi de fédérer toutes les forces de la gauche de gauche, sur la base de la victoire du Non de gauche au TCE de 2005, et non seulement réaliser un cartel de partis […].

Quelles sont les perspectives de travail commun entre CU et communistes libertaires ?

Nous sommes très désireux d’échanges et de travail en commun sur les thématiques clefs de la critique de l’État et des formes de dépossession, sur l’appropriation citoyenne des savoirs et des pouvoirs et sur la visée autogestionnaire […].

Propos recueillis le 11-11-08 par Laurent Scapin et Xavière (AL 93)

L’intégralité de cet entretien est disponible dès maintenant sur : http://libertaires93.over-blog.com

L’association des communistes unitaires, créée en mars 2007, à la suite de l’échec de la candidature unitaire de la gauche de gauche à la présidentielle, regroupe principalement des militants et militantes issus du PCF, mais également de la LCR comme des gens non encartés. Voir www.communistesunitaires.net

[1Le journal Politis a lancé en mai 2008 un appel intitulé « l’alternative à gauche, organisons-la ». L’Appel de Politis vise à construire un « cadre permanent » pour répondre « aux attaques de la droite et du Medef ». En octobre, la réunion nationale des signataires a mis en place un cadre de travail sur les urgences politiques et évoqué la perspective des élections européennes comme la « nécessité d’une force politique de transformation sociale ». Voir www.appel-a-gauche.org

 
☰ Accès rapide
Retour en haut