Social

Dix-huit ans après Saint-Bernard, un mort dans une expulsion

Version imprimable de cet article Version imprimable


Jeudi 21 août 2014, Abdelhak Goradia, Algérien de 51 ans, est mort dans le fourgon de police qui l’amenait à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle pour être expulsé. Une information judiciaire pour homicide involontaire a été ouverte suite à ce décès.

Dix-huit ans après l’expulsion violente des sans-papiers de l’église Saint-Bernard, le gouvernement Valls s’inscrit dans la même spirale du racisme d’Etat que les gouvernements précédents : stigmatisation des populations immigrées et des Roms, chasse aux sans-papiers, records d’expulsions... Dans un contexte de montée de l’extrême droite, cette politique ne fait qu’accentuer la haine de l’étranger, bouc émissaire parfait pour détourner l’attention des véritables enjeux sociaux.

Aussitôt le drame connu, des sans-papiers du CRA de Vincennes, où Abdelhak Goradia était retenu, ont décidé de débuter une grève de la faim avec une liste de revendications et pour dénoncer la mort de leur compagnon.

La grève de la faim entamée permet de mettre en lumière la sinistre condition des sans-papiers qui croupissent dans les centres de rétention et qui subissent l’arbitraire étatique mortifère.

Alternative libertaire revendique la fermeture des centres de rétention et la régularisation de tous et toutes les sans-papiers. Seule la lutte pour instaurer la liberté de circulation et d’installation mettra fin aux injustices subies.

Alternative libertaire, le 26 août 2014

 
☰ Accès rapide
Retour en haut