Communiqué d’Alternative Libertaire St Denis

Expulsions de logements à Saint-Denis : le pouvoir se lâche !

Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis deux semaines, les habitant-es de Saint-Denis se mobilisent suite à deux expulsions de logement consécutives réalisées en plein hiver et au mépris de toute humanité. Sous l’odieux prétexte de la dangerosité des lieux qui permet de contourner la loi sur la trêve hivernale, les forces de l’ordre du Préfet Lambert ont jeté à la rue des dizaines d’habitant-es, ne proposant aucune solution de relogement, déscolarisant les enfants et précipitant ainsi ces personnes dans la plus grande précarité.

La Mairie de Saint-Denis (majorité PCF), quant à elle, se débat dans ses contradictions, entre soutien théorique à la mobilisation et refus catégorique de chercher des solutions de relogement sur la ville et d’aider la mobilisation à empêcher les futures expulsions. Elle ne compte pas s’opposer à la Préfecture qui souhaite évacuer le campement que des habitants à la rue ont installé sur son parvis, espérant ainsi se placer sous sa protection...

La préfecture fait preuve d’un mépris insupportable pour les habitant-es expulsé-es. Après s’être attaqué sans ménagement aux Rroms cet été, l’État poursuit sa ligne politique digne de l’extrême-droite. La Seine Saint-Denis lui sert une fois de plus de « département pilote », sous les ordres du Préfet le plus proche de Nicolas Sarkozy, ancien patron du RAID puis des CRS, Christian Lambert, maintenu à son poste in extremis l’année dernière, par le vote d’une loi permettant de le garder en fonction au-delà de la limite d’âge quinze jours avant ses 65 ans !

Cynique, la préfecture avait annoncé qu’il y aurait d’autres expulsions mais les manifestations en soutien se sont multipliées et continuent, malgré l’arrivée des fêtes de Noël, une mobilisation qui semble payer puisqu’aucune nouvelle expulsion n’a eu lieu depuis la constitution du comité de mobilisation qui regroupe largement, aux côtés des habitant-es concerné-es, les acteurs associatifs, comités de quartiers, organisations syndicales et politiques de la ville.

Alternative libertaire Saint-Denis s’associe aux expulsé-es pour exiger l’arrêt des expulsions, la réquisition de logements vides pour reloger les habitant-es et la régularisation de toutes et tous sans-papiers.

Collectif pour une Alternative libertaire, Saint-Denis, le 17 décembre 2011

 
☰ Accès rapide
Retour en haut