L’antifascisme, c’est l’affaire de toutes et tous ! à Lyon le 22 février

Version imprimable de cet article Version imprimable


Vendredi 14 février, deux mineurs ont été attaqués à l’arme blanche dans le quartier Saint-Jean par des militants d’extrême droite. L’escalade de la violence dans ce quartier depuis de nombreuses années et les nombreuses attaques fascistes à Lyon et en France doivent tous et toutes nous mobiliser pour démontrer que l’espace public n’appartient pas aux fascistes.

Depuis plu­sieurs années, nous assis­tons à une aug­men­ta­tion des agres­sions graves com­mi­ses par des mili­tants d’extrême droite dans toute la France. Assassinat de Clément Méric à Paris, atta­que à l’arme à feu à Clermont-Ferrand contre un concert de sou­tien aux sans papiers, atta­ques de bars et lieux asso­cia­tifs (le « vice et versa » à Lille, le « Buck Mulligan’s » à Tours…), mili­tants et sim­ples citoyens pris pour cible pour leurs idées ou leur appa­rence phy­si­que.

Ces agres­sions s’ins­cri­vent dans un contexte de mobi­li­sa­tions réac­tion­nai­res (Manif pour tous, Jour de colère…) décom­plexant les dis­cours d’extrême droite. L’absence de réac­tion concrète des pou­voirs en place ont favo­risé un sen­ti­ment de légi­ti­mité et d’impu­nité à l’ori­gine de l’esca­lade de cette vio­lence.

Lyon n’échappe pas a ce cons­tat : agres­sion de 3 syn­di­ca­lis­tes à St Jean en 2010 ; ten­ta­tive de meur­tre à Villeurbanne ; pas­sage à tabac en bande, avec des barres de fer, d’un ancien mili­tant ; agres­sion phy­si­que d’une jour­na­liste ; agres­sion raciste d’un couple rue Duguesclin.

Vendredi 14 février, deux jeunes ont été poi­gnar­dés par des mili­tants d’extrême droite à St Jean. Cette agres­sion est la der­nière en date d’une longue série dans ce quar­tier. Des grou­pes d’extrême droite ten­tent depuis plu­sieurs années de semer la ter­reur dans celui-ci, qu’ils cher­chent à s’appro­prier. L’exem­ple le plus frap­pant étant l’exis­tence depuis 3 ans du local iden­ti­taire « La Traboule » Montée du Change.

Ces événements sont into­lé­ra­bles et nous dénon­çons la zone de non-droit qu’est devenu le quar­tier Saint Jean. La mairie et la pré­fec­ture res­tent sans réac­tion malgré le fait que nombre de col­lec­tifs et d’asso­cia­tions les aient aler­tés depuis plu­sieurs années.

  • Nous dénonçons l’absence de réaction concrète des pouvoirs publics.
  • Nous dénonçons la complaisance de certaines cours de justice envers les auteurs de ces violences.
  • Nous dénonçons les propos et les politiques racistes de l’État qui entretiennent ce climat nauséabond.

L’espace public n’appartient pas aux fascistes ! Reprenons la rue, reprenons nos quartiers !

MANIFESTATION SAMEDI 22 FÉVRIER

14 heures PLACE DU PONT (Guillotière)

Premiers signa­tai­res : Alternative Libertaire-Lyon, CAR, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, CGT Educ’Action, CGT Vinatier, Union dépar­te­men­tale CNT 69, COllectif Villeurbannais pour un Rassemblement Anticapitaliste, Génération Palestine, Groupe Antifasciste Lyon et Environ, IMPACT, Nouveau Parti Anticapitaliste, OCFR, Parti de Gauche 69 , Partizan Güney Fransa, PCMF, Pir Sultan Abdal Kültür Merkezi, Ras l’front, Solidaires 69.... (la liste est ouverte et sera mise à jours au fur et à mesure)}


LA DÉCLARATION DE LA COORDINATION LIBERTAIRE ANTIFASCISTE

Vendredi 14 février, deux jeunes mineurs ont été poignardés dans le quartier Saint-Jean à Lyon par des militants d’extrême-droite, nécessitant leur hospitalisation et intervention chirurgicale. Un quartier que veulent s’approprier les fascistes et où se trouve notamment le local des identitaires, La Traboule.

Depuis plusieurs années, les attaques physiques imputables à l’extrême droite ne cessent de se multiplier sur tout le territoire : assassinat de Clément Méric en juin dernier à Paris, attaque à l’arme à feu à Clermont-Ferrand le 17 janvier, attaques de bars et lieux associatifs, agressions islamophobes, antisémites et homophobes.

Tout semble permis à l’extrême-droite. Nous entrons dans une phase de lutte contre la renaissance des idées racistes, réactionnaires et fascisantes. La complaisance de la caste politique et judiciaire est lamentable.

En effet, en menant une politique pro-patronale (renégociation des accords Unedic, pacte de responsabilité...) et raciste (expulsions, chasse aux Rroms...), l’État donne aux fascistes une légitimation idéologique.

Devant les considérables dégâts sociaux causés par le capitalisme et la politique propatronale de l’État, seule une riposte de classe nous permettra de contrer le développement des idées fascistes.

La Coordination libertaire antifasciste (AL, CGA, CNT) apporte son soutien à ces deux militants et appelle à la manifestation contre tous les fascismes : samedi 22 février à 14 heures, à Lyon, place du Pont.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut