L’avenir des Ardoisières appartient aux mineurs ! le 7 février à Trélazé

Version imprimable de cet article Version imprimable


Alternative libertaire apporte son soutien aux mineurs de Trélazé (Maine-et-Loire) mobilisés contre la fermeture des Ardoisières.

Encore une fois une multinationale capitaliste, qui ne voit que les profits de court terme, sacrifie une entreprise, des emplois, des vies et une ville ! Loin de vouloir réduire Trélazé à ses ardoises, elles n’en restent pas moins un élément historique et significatif de cette ville.

Ici, un reportage photo sur les mines d’ardoise d’Angers-Trélazé.

Depuis plusieurs siècles un savoir-faire a été acquis, des connaissances ont été transmises, pourquoi s’arrêter là ? Pour que la multinationale Imerys puisse faire davantage de profits ? Nous disons NON ! Les ardoisières de Trélazé produisent des ardoises de qualité pour le territoire, nous ne devons pas nous en passer simplement parce qu’un patron et des actionnaires l’ont décidé. Face à l’offensive capitaliste nous devons résister au côté des mineurs !

Alors que le député-maire (PS) de Trélazé, Marc Goua, n’apporte qu’un timide soutien aux mineurs, comme si tout était déjà joué, comme si rien d’autre n’était possible, nous affirmons qu’une mobilisation de grande ampleur avec les mineurs et leur syndicat est nécessaire pour conserver le site.

Il y a encore de l’ardoise à Trélazé et elle doit être extraite ! Soit avec Imerys, soit avec un « repreneur », soit avec l’État sous la forme d’une nationalisation. Ou pourquoi pas une reprise en main de la mine par les mineurs eux-mêmes ?

Les patrons ont besoin de nous, nous n’avons pas besoin d’eux !

Tract d’AL Maine-et-Loire

Réunion publique organisée par la CGT des Ardoisières le vendredi 7 février, 19h, Salle Aragon à Trélazé

Le Facebook des ardoisiers en lutte : https://www.facebook.com/ardoisires

 
☰ Accès rapide
Retour en haut