Culture

Lire : Poésie, Victor M., « Nous, humains à quatre pattes »

Version imprimable de cet article Version imprimable


t voilà, c’était il y a un an déjà... L’apparition du coronavirus et de son cortège de mesures liberticides. En lieu et place de gâteau d’anniversaire, un poème empli de colère !

On se réveille un matin gouvernés en peaux de bêtes / limités à des promenades dans le pâté de maison / frustrés de trépigner à longueur de laisse / la semaine de 60 heures pour ligne d’horizon / Pour galoper avec la grâce du hamster / on nous enferme entre 4 murs / De quoi devenir chèvres / Dehors la peur des uniformes bleu / de ceux qui font la circulation / qui peuvent tabasser étrangler éborgner mutiler / Dehors la peur des uniformes blancs / de ceux qui soignent et qui sauvent / qui peuvent te piquer au Rivotril pour t’achever / Même le vétérinaire veut ta mort / camarade jambon / Quand tu croiseras un uniforme / jette un dé pour décider de ton sort / Queues de cheval monstrueuses / devant le Drive de Mac Do limant ses grandes dents/ Tous à l’écurie ! / Les écus rient / pour accélérer la déforestation / pour augmenter les zoonoses et coronatrucmuches / pour supprimer aux peuples du Sud leurs cultures vivrières / pour OGMiser la biosphère / éradiquer les insectes / Que les oiseaux n’aient plus ni terre ni mer ! / Plus vite Mouloud ! Plus vite Sonia ! / Plus vite plus vite plus vite ! / Et le sourire en servant le client ! / Les syndicats dehors ! Chut ! Casse-toi avec le sourire ! / pour carboniser plus vite l’atmosphère / Dans le raz-de-marée de corbillards / du déchaînement climatique qui vient / on ne mangera pas de pâtes à la carbonara sur lit de PQ / Car les moutons qui vont à l’écurie Mac Do / ont confondu « carboniser » avec «  carbonara » / Levons la pa-patte / mous thons nous jetant nous-mêmes dans les filets / C’est l’heure de la pâtée de citoyens / C’est l’heure de mater du mitoyen / C’est l’heure de bâter du pitoyen / Pour se remplir pitoyables la panse et se confiner la pensée / Les savants fourbes qui nous gouvernent / ne parlent plus de RFID sous la peau / Car nous faisons les beaux au son de l’appeau du progrès / Au grand blabla du thème astral du Dieu TINA / Nous acceptons d’être prélevés mensuellement pour être esclaves / D’augmenter notre épiderme d’un écran plat / à un prix défiant toute critique à long terme / Pour étancher ta peur de ce grand abattoir qu’on t’a bâti / On te promet citoyen une sécurité qui te montrera / les dangers sur ton écran plat / Comme on a protégé Assange jusque dans les toilettes / contre le virus de la liberté / Menottes invisibles / Peuple à plat – VENDRE / Peuple à plat ventre / Peuple aplati / Ce n’est pas par ici la sortie des rails de l’abattoir / Nous confondons la fumée d’Auschwitz / avec celle du barbecue des vacances / On a laissé Nicolas Chancre-oseur cracher sur 1968 / François Gouda marcher sur le CNR / Micron balayer le Front Populaire / pour nous ramener pas à pas aux / bruits de bottes / Au temps où l’armée tirait sur les manifestants / Le Pen - Maréchal / nous voila pas la face / Nous sommes sourds aveugles / Le vacarme des caddies est le bruit de nos chaînes / Nous sommes solidaires des exilés fiscaux / Le travail rend libre / La croissance rend libre / rend libre / rend libre / rend mort / Maintenant qu’on doit mourir entre travail et consommation / Mettons des masques pour nous servir de muselières / Silence on crève !

CRÈVE GENERALE

Victor M.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut