Lire : Tanquerelle, Benoît : « La Communauté »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le dessinateur Tanquerelle relate dans cette BD l’expérience communautaire vécue par son beau-père dans les années 70-80. Dans cette communauté, ni LSD, ni partouze, mais plutôt le « travail vie entière ». On bosse dur, toutes les tâches sont collectivisées : le travail agricole, la rénovation du lieu, la sérigraphie, les courses, le ménage, la prise en charge des enfants etc. Si ce fonctionnement peut sembler un peu totalitaire au premier abord, le récit du quotidien de la communauté montre que ce nouveau mode de vie est source d’un épanouissement permanent. Par ailleurs, la communauté n’est pas repliée sur elle-même et tisse des liens avec le monde paysan environnant, culminant en 1974, correspondant à la fin du premier tome.

Par la suite, si la communauté continue de s’agrandir et de diversifier ses activités, les rancœurs personnelles et les sirènes de la société de consommation rattrapent lentement mais sûrement l’utopie. Jusqu’à ce que la réintroduction d’un salaire individuel, les premiers départs et une catastrophe naturelle en 1985 portent le coup de grâce à l’expérience.

A travers un récit divertissant et original, de véritables questions de fond sont posées, touchant autant à la

société de demain qu’aux moyens de faire vivre l’alternative aujourd’hui. Faut-il maintenir des salaires ? Faut-il quantifier les tâches dans l’organisation collective du travail ? Une structure sociale peut-elle être vecteur d’émancipation individuelle ? Nous avons aujourd’hui tendance à évacuer ces questions, à tort car il faudra bien les trancher un jour.

Grégoire Mariman (AL Paris Sud)

  • Yann Benoît, Hervé Tanquerelle, La Communauté, Tome 1 : Entretiens, Futuropolis, 2008, 173 pages, 24 euros.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut