Nécrologie : Mark Haldimann

Version imprimable de cet article Version imprimable


Les militantes et militants d’AL s’associent à celles et ceux de l’Organisation socialiste libertaire (OSL) pour rendre hommage au cofondateur de l’OSL (organisation-sœur d’AL en Suisse), décédé le 18 avril. Avec lui, c’est une des figures du mouvement libertaire, mais aussi du mouvement social, qui disparaît.

Dans la foulée du « 68 » suisse qui s’est en fait déroulé en 1969, Mark Haldimann a participé à la création Centre autonome de jeunesse (CAJ) de Bienne. Le CAJ est un centre autogéré à vocation sociale (asile de nuit, cuisine populaire), culturelle (lieux de rencontres, expositions, concerts, association d’entraide de musiciens, imprimerie off-set) et politique (lutte pour le droit au logement, squats, antiracisme, antimilitarisme, édition du journal CAJ Noir & Rot...). Le CAJ est progressivement devenu un des plus gros centres sociaux d’Europe, réunissant 150 militantes et militants, et touchant des centaines de personnes engagées dans ses différentes activités. La droite avait à une époque mené une campagne très dure pour sa fermeture, qui a été évitée grâce au soutien massif de la population locale, à l’occasion d’une consultation populaire.

Dans un article qu’il rédigea pour Alternative libertaire il y a douze ans (décembre 1995), Mark précisait que le CAJ était un « exemple unique de structure d’auto-organisation au sein de laquelle des générations de jeunes se sont déjà succédées, y faisant l’apprentissage d’un fonctionnement collectif et d’une démocratie d’assemblée, y acquérant capacités d’organisation et expérience de la construction d’un rapport de force avec l’État ». « Mark avait une intelligence aiguë du possible, écrit de lui l’OSL dans son hommage. Capable d’inventer et de mener les convergences et les alliances chaque fois que c’était possible et nécessaire. »

Laurent Esquerre (AL Paris Nord-Est)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut