Non au missile M51 à Biscarosse ou ailleurs !

Version imprimable de cet article Version imprimable


À l’appel de plusieurs associations et organisations politiques plus de deux mille personnes ont manifesté devant les grilles du centre d’essai des Landes du CEA à Biscarosse contre les premiers essais du nouveau missile stratégique M51 qui devrait avoir lieu dans les prochains jours.

Le but de ces essais est de remplacer à l’horizon 2010 les missiles M45 jugés insuffisamment performants (avec une portée de seulement 6 000 km, les missiles M45 qui équipent les sous-marins nucléaires stratégiques français (SNLE) font figure de vieux tromblons en balançant pourtant six têtes nucléaires de 150 kilotonnes chacune. Le M50 pourra les balancer à 8 000 km avec une précision inégalée). Ce programme de “ modernisation ” de la force océanique stratégique française coûtera la bagatelle de 8 milliards d’euros (sans les têtes nucléaires ni les sous-marins). Chirac viole ainsi le traité de non-prolifération qui impose à ses signataires de désarmer et non pas de moderniser leur armement nucléaire. Bel exemple qui incitera sûrement Mahmoud Ahmadinejad à mettre un terme au programme Iranien d’enrichissement d’uranium. On notera au passage que jamais un inspecteur de l’AIEA n’aura l’indécence de mettre les pieds à Biscarosse [1]Plus grave, dans son discours à l’Ile longue le 9 janvier dernier, Chirac a clairement indiqué qu’il souhaitait désormais utiliser l’arme nucléaire si besoin était : “ la dissuasion nucléaire, je l’avais souligné au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, n’est pas destinée à dissuader des terroristes fanatiques. Pour autant, les dirigeants d’États qui auraient recours à des moyens terroristes contre nous, tout comme ceux qui envisageraient d’utiliser, d’une manière ou d’une autre, des armes de destruction massive, doivent comprendre qu’ils s’exposent à une réponse ferme et adaptée de notre part. Et cette réponse peut être conventionnelle. Elle peut aussi être d’une autre nature ”. Le M51, mais aussi le laser méga-joules [2](en construction près de Bordeaux), qui permettra de fabriquer des armes nucléaires plus petites donc plus précises, sont les outils de la politique belliqueuse de Chirac, passé maître dans l’art du “ faîtes ce que je dis pas ce que je fait ”.

Max Beria

[1L’article 6 du Traité de non-prolifération ratifié par la France en 1992 dit que “ chacune des parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ”.

[2Le laser méga-joules doit permettre la “ fusion inertielle ” des particules et nous est présenté comme une source d’énergie très importante. On notera qu’il est développé par la Direction des applications militaires du CEA.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut