Quand l’État policier défend les groupes fascistes à Marseille.

Version imprimable de cet article Version imprimable


A l’appel de la Ligue du sud, un rassemblement était organisé le samedi 6 mars 2010 au pied de Notre-Dame de la Garde, avec pour mots d’ordres : « Reconquête de l’identité provençale et lutte contre l’islamisation de Marseille ».

Ce mouvement, conduit par Jacques Bompard aux élections régionales est essentiellement composé d’identitaires et de nationalistes s’apparentant à la Ligue du nord, organisation néo-fasciste italienne.

En réponse, les antifascistes ont organisé un contre rassemblement, afin de contrer politiquement le développement des idées d’extrême-droites. La répression s’est abattue sur la centaine de militants antifascistes venus protester, six d’entre eux ont été interpellés.

L’important dispositif policier mis en place ce jour-là démontre un fois de plus la connivence entre l’État policier et les groupes d’extrême-droite. Souvenons nous du 22 janvier à Lyon, la police avait laissé un groupe identitaire attaquer une manifestation de soutien aux sans-papiers. Alternative Libertaire Marseille dénonce la connivence entre l’État et les groupes fascistes.

Nous continuerons à combattre politiquement dans nos quartiers, le développement de l’idéologie d’extrême droite.

Nous dénonçons les arrestations à l’encontre des militants antifascistes et appelons à les soutenir.

Alternative libertaire Marseille

 
☰ Accès rapide
Retour en haut