Voir : Patrick Jean, « La Domination masculine »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Patrick Jean aborde différents thèmes sans qu’on puisse discerner une progression structurée. Ainsi s’ouvre-t-il sur l’exemple d’un homme qui désire se faire allonger le pénis, avant d’aborder entre autres la construction des genres par le biais des jouets, les violences conjugales ou le masculinisme.

Le spectateur ou la spectatrice particulièrement avertie sur les questions féministes n’y apprendra rien de nouveau (celui ou celle qui par exemple connaît déjà l’histoire du massacre de jeunes femmes ingénieures au Canada par un homme qui en voulait aux féministes).

Pour les autres, ce documentaire peut être utile. En effet, on y assiste par exemple à une analyse très pédagogique (et drôle) des jouets sexistes dans un grand magasin. Un autre moment intéressant du film : l’étude concrète de phénomènes de violence conjugale au Canada ainsi que des politiques publiques de prises en charge des femmes qui en sont victimes.

Une des dimensions du film réside dans la polémique qu’il a suscité parmi les milieux masculinistes. Ce courant d’hommes antiféministes et misogynes serait anecdotique si leurs thèses ne tendaient pas à se diffuser plus largement dans la société, en particulier en France par le biais du journaliste Eric Zemmour.

Patrick Jean a ainsi subi des menaces physiques de la part de masculinistes canadiens qui lui ont fait savoir qu’il n’était pas le bienvenu dans ce pays. Le masculiniste français Eric Zemmour a pour sa part traité le réalisateur du film de « minable » lors d’une émission de télévision, l’accusant d’avoir utilisé ses propos en les tirant de leur contexte.

Néanmoins M. Zemmour tient tellement souvent et partout où il peut se faire entendre des propos misogynes qu’on se demande bien comment il peut essayer de faire croire que ses propos auraient un autre sens si on les avaient entendu in extenso.

On aurait pu néanmoins souhaiter que le film aborde de manière plus cohérente et systématique la question de l’oppression des femmes. Cela aurait pu inclure par exemple une analyse des rapports d’exploitation avec le travail gratuit dans le cadre domestique, cela aurait pu être aussi la question de l’influence du patriarcat sur la place des femmes dans le système capitaliste : temps partiels subis ou salaires moindres. De manière générale, le documentaire aurait pu montrer plus rigoureusement la dimension à la fois économique, politique et culturelle du patriarcat, ainsi que son interaction avec les systèmes d’oppression capitalistes, étatiques ou racistes. Mais peut-être que pour aborder tous les aspects du patriarcat, ce n’est pas un documentaire qu’il faudrait, mais toute une série malheureusement !

Irène (AL Paris Nord-Est)

La domination masculine, réalisé par Patrick Jean, 1 h 43 min, 2007

 
☰ Accès rapide
Retour en haut