Tracts de 2020

On est encore là !

 

Quelques considérations générales sur le mouvement

 

Réforme de la retraite à points : réforme machiste !

C’est le braquage du siècle : l’État compte s’accaparer les caisses de retraite qui correspondent à notre salaire brut cotisé et mis en com­mun. Avec cette réforme, l’État use d’un machisme des plus cyniques : piétiner sans vergogne les quelques droits qui font tenir les femmes debout (en supprimant la compensation des périodes de précarité, temps partiels, congés maternité, les années cotisées que donne chaque enfant né, pensions de réversion pour de nombreuses femmes).

 

Elargissons la faille !

Macron l’avait dit : « c’est la théorie des dominos, si je recule sur un point, ensuite ce sera un autre, puis tout le projet. » Hé oui ! Les grévistes en lutte depuis le 5 décembre obligent gouverne ment et patronat à modifier leurs plans. Il en est ainsi des dispositions particulières annoncées pour quelques secteurs professionnels ou du retrait de l’âge-pivot. Mais ce ne sont pas des mesures suspensives très partielles qui règleront le problème. C’est le projet de loi sur la retraite à points qu’il faut retirer !

 

Les retraites, un morceau de solidarité qui échappe au capitalisme

Au bistrot avec un lapin, une merlette, des vautours... Un BD-Tract de l’Union communiste libertaire distribué massivement dans les manifestations du 9 janvier 2020. Succès garanti.

 

Toutes et tous dans l’action !

Voilà, c’est fait. Une nouvelle fois, « la concertation », annoncée à grand renfort médiatique, a eu lieu. Comme les innombrables réunions qui s’étaient tenues depuis deux ans, celle de mardi 7 janvier n’a servi à rien. La CFDT et l’UNSA ont insisté sur leur demande, qui portent sur une mesure introduite 6 jours après le début de la grève en décembre ; même à cela, qui n’est donc pas le motif initiale de la colère, du refus et de la grève, le gouvernement ne répond pas. L’épreuve de forces continue.

 

Décidons pour nous-mêmes !

L’offensive majeure du patronat et de ses porte-flingues du gouvernement veut nous assommer. Toutes les travailleuses et tous les travailleurs sont visé·es, car le but, c’est de prendre toujours plus à celles et ceux qui créent les richesses par leur travail, pour donner à ceux qui les exploitent. Ce sont les exploiteurs qui poussent pour gagner toujours plus dans ce qu’on appelle la lutte des classes.

 
 
☰ Accès rapide
Retour en haut