Tracts de 2019

Pas de cadeau au gouvernement pas de trêve pour Noël !

Les annonces du Premier ministre n’auront convaincu personne. Tous les syndicats appellent désormais à se mobiliser et cela constitue un appui supplémentaire pour convaincre nos collègues. Les négociations par secteurs ne donnent rien pour le moment car les grévistes restent unis. Enfin, la mobilisation est largement soutenue dans la population et Delevoye a dû démissionner. En clair : la victoire est toujours possible !

 

Les capitalistes ne nous feront pas payer leur crise

Depuis le 1er novembre, le gouvernement a modifié en profondeur les règles de l’assurance chômage. Les objectifs affichés sont simples : réduire le niveau d’indemnisation et augmenter les contrôles/sanctions/radiations pour soumettre encore davantage les travailleurs et les travailleuses à la soif de profits du patronat. Cette attaque, comme la réforme des retraites, nous concerne toutes et tous, avec ou sans emploi. Alors faisons converger nos colères pour faire reculer le gouvernement !

 

La réforme des retraites nuit aux femmes !

Nous les femmes, nous sommes doublement exploitées dans la société capitaliste. Nous sommes exploitées au travail et nous sommes exploitées à la maison, dans le cadre de la cellule familiale. C’est le principe de la double journée de travail : quand une femme rentre à la maison après le boulot, elle réalise encore la grande majorité des tâches dites « ménagères » et liées aux enfants. La réforme des retraites va encore augmenter les inégalités entre les hommes et les femmes, va encore augmenter notre exploitation. Nous nous élevons contre les violences qui nous sont imposées, les violences physiques, mais aussi les violences économiques !

 

Le 5, le 6 le 7 et puis après !

Le 5 décembre, une intersyndicale CGT, Solidaires, FSU et FO appelle à la grève pour refuser la réforme des retraites. Dans plusieurs secteurs (transport, chimie, énergie, éducation, etc.), des fédérations syndicales proposent la reconduction de la grève dès le lendemain.

 

Colombie : Stop au massacre des communautés indigènes en résistance

Le 29 octobre dernier, en plein cœur des montagnes du département du Cauca, au sud-ouest de la Colombie, cinq gardes et autorités indigènes nasa ont été massacrés par des milices armées, alors qu’ils et elles exerçaient le « contrôle territorial » propre à l’autonomie de leurs territoires. Cette même semaine, 16 personnes au total ont été assassinées dans le Nord du Cauca.

 

Pour un hôpital autogéré au service des usager·es

Psychiatrie, urgences, blocs, MCO : pas un secteur de l’hôpital public n’est épargné par les restrictions budgétaires. Les usager⋅es et salarié⋅es sont les premières victimes de cette politique de casse du service public. Mais du médico-social aux EHPAD, du travail social associatif aux soins à domicile , c’est l’ensemble du secteur qui est appauvri.

 

Riposte populaire face à l’islamophobie

L’attentat perpétré à Bayonne par un ancien candidat FN vient dramatiquement prolonger l’offensive islamophobe menée par des responsables politiques et des journalistes haineux. Face à cette offensive, l’heure est à la construction d’une riposte populaire d’ampleur.

 

Quels outils pour améliorer nos vies ?

Facile de critiquer les syndicats quand on voit le train de vie de certain.es de leurs dirigeant.es ou les orientations de certaines organisations ! Mais le syndicalisme c’est avant tout une stratégie collective de lutte pour nos droits en tant que salarié-es ou travailleur-ses en formation. Voilà quelques éléments passés et actuels pour comprendre le syndicalisme.

 

Pas une de nous ne sera libre tant que nous ne le serons pas toutes !

Le 28 septembre, journée internationale du droit à l’avortement, sera une nouvelle occasion pour les femmes du monde entier de manifester pour ce droit fondamental à disposer de leur corps et de ne pas mourir d’un d’avortement sauvage. La lutte pour l’avortement est une question de vie ou de mort : 1 femme meurt toutes les 9 min d’un avortement clandestin dans le monde. Un avortement sur deux est un avortement illégal et donc dangereux et traumatisant pour le corps. Par ailleurs, les attaques des anti-choix se multiplient un peu partout y compris là où l’avortement semblait définitivement acquis. Le droit à l’avortement n’est pas seulement une question féministe, c’est aussi une question de classe pour les femmes les plus pauvres qui n’ont pas les moyens de se rendre à l’étranger ou dans des cliniques privées.

 

En décembre, la grève reconductible ?

La bataille qui s’amorce contre la réforme des retraites s’annonce difficile. Entre le poids des défaites passées, l’affaiblissement des collectifs syndicaux et les tentations corporatistes, nous allons avoir de nombreux pièges à déjouer. Les raisons de se battre sont innombrables et le ras-le-bol est général. Et pourtant, nous peinons à construire le mouvement massif et radical tant attendu et capable de faire plier franchement ce gouvernement. Ce mouvement passera par la grève.

 

Pour une société écologique et solidaire : sortons du capitalisme !

Le capitalisme nous conduit droit dans le mur : Comment fonctionne-t-il ? Pourquoi ce système économique s’oppose-t-il intrinsèquement à la sortie de la crise écologique ?

 

La force des femmes change le monde, Rejoignez-nous au sein de l’UCL

Notre organisation, l’Union communiste libertaire (UCL) a été créée le 8 juin 2019. Elle est née de la fusion entre Alternative libertaire (AL) et la Coordination des groupes anarchistes (CGA). Les femmes de ces deux organisations ont largement pris part à ce processus de fondation. Aujourd’hui, nombre de camarades communistes libertaires nous rejoignent pour poursuivre avec nous l’important travail entamé sur les luttes féministes, antipatriarcales : formations, soutien à l’auto-organisation des femmes, développement et diffusion de pratiques et outils féministes, des espaces non-mixtes, solidarité de nos allié · es etc, protection des femmes au sein et hors de l’organisation.

 

Grenelle des violences conjugales : Nouvel enfumage gouvernemental

Indifférence policière, budgets dérisoires des institutions étatiques, tarissement des ressources allouées aux associations... Il semble bien qu’en matière de féminisme et de lutte contre le patriarcat, l’État n’est pas la solution mais bien une partie du problème.

 
 
☰ Accès rapide
Retour en haut