Attentat de Halle : encore une tuerie raciste perpétrée par l’extrême-droite

Version imprimable de cet article Version imprimable


Après les attaques contre la synagogue de Pittsburgh (États-Unis) fin octobre 2018 et contre deux mosquées de Christchurch (Nouvelle-Zélande) en mars dernier, une nouvelle attaque antisémite a fait deux mort·e·s à Halle dans l’Est de l’Allemagne ce mercredi 9 octobre.

Après les attaques contre la synagogue de Pittsburgh (États-Unis) fin octobre 2018 et contre deux mosquées de Christchurch (Nouvelle-Zélande) en mars dernier, une nouvelle attaque antisémite a fait deux mort·e·s à Halle dans l’est de l’Allemagne ce mercredi 9 octobre.

Avant toute chose, l’Union communiste libertaire exprime sa solidarité aux victimes et familles des victimes de ces attaques. Les assassins se sont tous revendiqués de l’extrême-droite la plus violente en propageant sur les réseaux leur haine des juifs ou des musulmans et en appelant ouvertement à leur extermination. Certains citent la théorie du grand remplacement de Renaud Camus pour justifier leurs tueries, démontrant bel et bien l’appel au meurtre que les idéologues néofascistes français disséminent dans leurs discours et dans leur pensée.

Les caractères antisémites et islamophobes de ces fusillades ne font aucun doute, pas plus que la responsabilité de l’extrême-droite qui instrumentalise la xénophobie à des fins politiques.

Les menaces de l’extrême droite à Halle (Saxe-Anhalt) ne datent pas d’hier. Ici, une manifestation antinazie en décembre 2014 : Halle für alle ! (« Halle pour toutes et tous »)
cc Hallespektrum.de

Partout dans le monde les groupuscules néofascistes prennent confiance et passent à l’acte. Ces mort·e·s ne sont pas le résultat de « loups solitaires » ou de « déséquilibrés » mais résultent d’une stratégie de terreur à l’encontre de personnes racisées ou perçues comme telles.

Combien de mort·e·s avant de considérer la réelle menace que représente l’arrivée au pouvoir des partis d’extrême-droite et la légitimation des idées racistes et fascisantes que des groupuscules violents et armés mettent en acte ? Nous n’avons rien à attendre de la bourgeoisie au pouvoir ni de ses institutions démocratiques, le combat contre l’extrême-droite est et restera un combat de la base contre le racisme et la xénophobie, contre l’antisémitisme et l’islamophobie, contre le patriarcat et les violences sexistes et LGBTIphobes !

Solidarité avec les victimes et familles des victimes de ces crimes racistes ! Construisons collectivement un antifascisme solidaire et internationaliste pour en finir avec l’idéologie mortifère de l’extrême-droite et de ses alliés !

Union Communiste Libertaire, le 11 octobre 2019

 
☰ Accès rapide
Retour en haut