Chômage/précarité

Réduire le temps de travail, redistribuer les richesses

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le chômage de masse et la précarité érigée en norme sociale plongent des millions de travailleurs et de travailleuses dans l’insécurité et la misère. Les chômeurs et les chômeuses sont soumis à un contrôle social permanent et culpabilisant : sanctions et radiations s’accroissent avec pour objectif de faire baisser le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à l’ANPE alors que dans le même temps les licenciements et les « plans sociaux » (Thomé-Génot à Nouzonville, Aubade dans la Vienne, collants Well dans le Var...) se multiplient et que le travail précaire explose (intérim, CNE, CDD, temps partiel imposé). Les femmes, les immigrés avec ou sans-papiers et les jeunes d’origine étrangère sont les plus durement frappé par cette politique.

Le chômage est l’arme de destruction massive la plus efficace pour le patronat et le gouvernement. Il permet d’exercer une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail des salarié-e-s et de contraindre les chômeurs et les chômeuses à accepter des emplois au rabais. L’augmentation immédiate des minima sociaux est une mesure d’urgence face à la dégradation des conditions de vie des plus précaires.

Lutter pour vaincre

Pour en finir avec le chômage et éradiquer le travail précaire il faut imposer une redistribution générale des richesses et une réduction massive du temps de travail. Le récent mouvement social contre le CPE a permis une première victoire contre la précarité et à démontré que seule la lutte paye. Samedi 2 décembre, les organisations de lutte des chômeurs organisent des manifestations dans plusieurs villes de France pour défendre leurs droits face aux attaques gouvernementales et patronales, Alternative libertaire soutient ces initiatives et appelle à y participer massivement.

Alternative libertaire le 28 novembre 2006

 
☰ Accès rapide
Retour en haut