Social

Rroms : à Bobigny, l’État viole les droits les plus élémentaires

Version imprimable de cet article Version imprimable


Présents sur le terrain des Coquetiers le mardi 27 août au matin de l’expulsion d’un campement rrom, les militantes et les militants d’Alternative libertaire 93 :
- accusent le ministre Valls de mettre sur le trottoir les familles et les enfants sans appliquer la circulaire du 26 août 2012 c’est-à-dire sans se soucier des continuités médicales, scolaires et de logement des familles ;
- accusent le préfet de Seine-Saint-Denis de s’être livré à un acte illégal d’expulsion de la totalité du camp alors que l’ordonnance ne visait nominativement que douze personnes, et que les parcelles appartenant à la mairie n’étaient pas expulsables ;
- accusent le préfet de n’avoir prévu aucune solution de mise à l’abri des familles, même précaire, même provisoire ;
- accusent la municipalité de ne pas agir conformément à ses déclarations puisque la mairie refuse d’ouvrir une solution d’hébergement temporaire alors qu’elle promet aux familles qu’elles pourront réintégrer leurs habitations d’ici quelques jours.

Mais en attendant les familles campent sous la halle de la mairie. Elles ne peuvent compter que sur la solidarité de toutes et tous. N’hésitez pas à apporter couvertures et nourriture.

Alternative libertaire, Bobigny, le 28 août 2012 à 12 heures

 
☰ Accès rapide
Retour en haut