Histoire : Chant de lutte pour les mineurs

Version imprimable de cet article Version imprimable


En 1962, une nouvelle grève de mineurs importante aura lieu au même endroit. Jean Bodon, écrivain rouergat, compose alors cette chanson qui fait le lien avec la grève de 1886.

Los Carbonièrs de La Sala

Los carbonièrs de La Sala Occitans sens o saber Cantan l’internacionala La cançon del desespèr.

Del punh sarrat que se lèva Saludem l’acordeon Qual compren la nòstra grèva ? Jaurés es al Panteon

Luchas grandas d’un còp èra La polícia dins Aubin Per saquejar la misèria Quand trigossèrem Watrin...

La plegarem pas l’esquina Ajudatz-nos païsans Volèm gardar nòstra mina Lo pan de nòstres enfants. Cantem l’Internacionala La cançon de nòstre espèr Los carbonièrs de La Sala Nos an mostrat lo dever.

[Traduction : Les Mineurs de Decazeville Les mineurs de Decazeville Occitans sans le savoir Chantent l’Internationale La chanson du désespoir.

Du poing fermé qui se lève Saluons l’accordéon Qui comprend notre grève ? Jaurès est au Panthéon.

Luttes grandes d’autrefois La police dans Aubin Pour secouer la misère Quand nous lynchâmes Watrin.

Nous ne courberons pas l’échine Aidez-nous paysans Nous voulons garder notre mine Le pain de nos enfants.

Chantons L’Internationale La chanson de notre espoir. Les mineurs de Decazeville Nous ont montré notre devoir.]

 
☰ Accès rapide
Retour en haut