Sans les sans : Misère !

Version imprimable de cet article Version imprimable


En parallèle aux attaques contre les retraites et à la privatisation rampante du service public par le biais de la « décentralisation/ régionalisation », les plus pauvres subissent une nouvelle fois l’arrogance et le mépris du gouvernement Chirac/Raffarin/Sarkozy.

Depuis le 21 avril 2002, le gouvernement mène une attaque sans précédent contre la « France des bas fonds ». L’arsenal des lois sécuritaires est le fer de lance de cette guerre contre les pauvres, bientôt le Revenu minimum d’activité (RMA) va créer une nouvelle trappe à précarité et à salaires dérisoires.

Pourtant, contrairement à décembre 95, il n’y a guère eu de « visibilité » des plus démuni(e)s dans la lutte. À l’époque, si proche de l’occupation de la rue du Dragon, et avec toute l’effervescence qui accompagnait la naissance récente de mouvements comme AC !, DAL, Droits devant !! ou le CDSL, ce thème n’avait pas été absent des manifestations.

En mai 2003, malgré la présence ponctuelle de drapeaux et de banderoles des mouvements des « sans » dans les manifs, on ne peut pas dire que ce thème ait vraiment été très porté. Évidemment les plus démuni(e)s se sentent directement concerné(e)s par le combat des salarié(e)s du public et du privé. Bien sûr qu’ils/elles aspirent à une retraite décente, mais ces personnes et ces familles sont dans un combat journalier pour survivre, alors la politique et les projets d’avenir il y a longtemps qu’elles n’en font plus !

Qu’elles soient sans toit, qu’elles soient sans travail, sans papiers, ces personnes et ces familles ne s’engagent pas dans les combats actuels. Pourtant elles en comprennent bien les enjeux, mais beaucoup trop d’entre elles dorment à la rue.

L’échec de 95, car pour nous il s’agit bien d’un échec en dépit des pseudo reculades du gouvernement d’alors, aurait pu nous laisser penser que la mobilisation d’aujourd’hui entraînerait ces familles à la révolte, or il n’en est rien. L’exclusion du monde du travail doit-elle signifier l’exclusion des luttes sociales ?

Albert Prissette (AL Lille)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut