Antifascisme : Un week-end d’hommage à la Résistance

Version imprimable de cet article Version imprimable


Chaque 9 mai, à Paris, l’extrême droite tente de parader dans la rue, et les antifascistes se mobilisent pour les en empêcher. Cette année, la mémoire de la Résistance sera à l’honneur.

Depuis plusieurs années déjà, les antifascistes se retrouvent le 9 mai afin de ne pas laisser la rue aux groupuscules d’extrême droite qui commémorent la mort d’un des leurs.

En effet, le 7 mai 1994, à l’issue d’une manifestation contre « Cinquante ans d’impérialisme américain » qui servait de couverture pour dénoncer la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, Sébastien Deyzieu, militant de l’Œuvre française, fait une chute mortelle d’un toit. Depuis diverses organisations d’extrême droite organisent tous les 9 mai une manifestation avec retraite aux flambeaux en son honneur, avec plus ou moins de réussite, l’édition précédente s’étant soldées par de nombreuses arrestations de leur côté.

Parmi les organisateurs ou les participants coutumiers de cette manifestation on trouve notamment le « célèbre » Serge Batskin, ancien chef de file des skinheads nazis parisiens, l’Œuvre française, organisation ouvertement raciste et antisémite fondée par Pierre Sidos, le Renouveau français, qui collabore depuis quelques temps avec Kémi Séba et la Droite socialiste. Cette année, encore, plusieurs organisations se sont associées pour préparer la mobilisation et mettre en place un week-end antifasciste les vendredi 8 et samedi 9 mai. L’enjeu est de coupler la nécessaire « contre-mobilisation » de rue à une initiative autour de la mémoire de l’antifascisme. Il s’agit de rappeler et d’honorer les combats du passé (Francs-tireurs et partisans, résistants antifranquistes, etc.) en les reliant aux luttes d’aujourd’hui.

La question de la mémoire a son importance, en période de crise économique. Alors que l’État rafle, enferme et expulse des immigrés sans papiers, les luttes antifascistes et émancipatrices sont toujours d’actualité.

Will Zumbi (AL 93)


<titre|titre=Le programme des 8-9 mai 2009>

Près de soixante-cinq ans après la défaite des nazis en Europe, il faut encore faire comprendre à l’extrême droite que la rue ne lui appartient pas ! Qui, sinon nous ? Où, sinon ici ? Quand, sinon maintenant ?

Vendredi 8 mai

  • Concert à partir de 20 heures, organisé par United underground, avec Crâne d’obus, Time Bomb, K-Listo, Zartako, Hors Contrôle.

Samedi 9 mai

  • Meeting, de 14 à 18 heures, en présence de Jacques Damiani (combattant FTP) et Antonio Martin (résistant antifranquiste). À la CIP-IDF, 14-16 quai de Charente, 75019 Paris (métro Corentin-Cariou)
  • Manifestation à partir de 20 heures entre Denfert-Rochereau et Montparnasse. Organisée par : Scalp-Reflex, CNT, Ras l’front Marne-la-Vallée, Fédération anarchiste, Alternative libertaire, Mouvement des quartiers pour la justice sociale, SUD-Etudiant.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut