Campagne unitaire : Rouge et noir contre peste brune

Version imprimable de cet article Version imprimable


Face à la recrudescence des agressions par les fascistes et au développement de leurs idées, les initiatives unitaires sont plus que jamais nécessaires pour défendre un projet libertaire et égalitaire. C’est pour cela que, à l’initiative de la Coordination des groupes anarchistes (CGA), s’est monté un collectif libertaire antifasciste constitué de cette dernière, d’AL et de la CNT.

Nous voyons ces dernières années que les agressions se multiplient contre les militants et militantes antifascistes, contre les homosexuel-le-s, les féministes, les SDF, les étrangers (Maghrébins, Africains, Roms...). Certaines sont spécifiquement dirigées contre des locaux appartenant à des organisations libertaires et/ou à d’autres organisations - antifascistes, syndicalistes, féministes, etc. À Alternative libertaire, nous pensons qu’une unité large du mouvement social est essentielle pour lutter contre les idées fascistes. Cependant, force est de constater que l’onde de choc provoquée par l’assassinat de Clément Méric s’est vite effondrée avec l’oubli des médias, et que les collectifs unitaires larges n’ont pas toujours eu la pérennité et l’action escomptée.

Nous pensons aussi que cette unité doit coexister avec un discours spécifiquement libertaire. La question du fascisme n’est en rien déconnectée des autres questions sociales, et doit être abordée aussi sous l’angle d’un projet de société global. En effet, le fascisme est conditionné à l’existence du capitalisme et à l’autoritarisme, deux champs de bataille des idées libertaires.

Une campagne, des actions

L’État est un acteur essentiel dans la conservation de l’ordre social, aujourd’hui en crise. La situation sociale et économique engendrée par les politiques d’austérité font le lit du fascisme en dressant les opprimé-e-s les uns contre les autres. Face à cela, les discours moralistes et humanistes ne suffisent plus à convaincre, et il est essentiel de développer un argumentaire qui rompe avec les mirages électoralistes et républicains. Pour développer une politique antifasciste cohérente, il faut s’appuyer sur notre projet de société, qui fournit les outils d’analyse et de contestation nécessaires à la déconstruction des idées d’extrême droite et du système capitaliste et hiérarchique.

La CGA a, en février 2013, invité les organisations libertaires à une réunion, afin d’élaborer des réponses communes : mise en oeuvre d’une propagande antifasciste, défense commune de nos militants et de nos locaux, mise en place d’un réseau d’échanges d’informations, évaluation commune des activités actuelles et/ou récentes des divers groupes, tant au niveau national qu’au niveau local. Le but est de dénoncer ensemble les conditions sociales, économiques et politiques qui favorisent la progression des idées et actions fascisantes. Au final, seules AL et la CNT ont choisi de participer au projet. Nous avons donc réalisés un tract de quatre pages, une affiche et un autocollant pour lancer une campagne libertaire contre le fascisme. Ce « kit » est disponible pour tous les libertaires qui souhaiteraient l’utiliser. Nous avons aussi d’ores et déjà écrit des communiqués en commun en réaction à des agressions et organisé des initiatives publiques (réunion publique à Toulouse, conférence de presse à Perpignan). à Lyon, une action a été menée contre les milices de Génération identitaire qui faisaient des « tournées de sécurisation » dans les transports en commun, sous l’ ?il d’une police complaisante. Le collectif libertaire antifasciste lyonnais a pu rallier les habitants du quartier, expliquer aux usagers du métro qui étaient ces gens, et faire capoter leur action devant les journalistes. Ce n’est que le début d’un travail commun qu’on espère voir se pérenniser, avec des actions locales visibles et multiples, avec des collectifs locaux ouverts aux autres libertaires.

Élise-Ambre (AL Toulouse)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut