N°316 (Mai 2021)

Séparatismes : un projet de loi contre le monde associatif ; « anarcho-terrorisme », nouveau Tarnac ; Femmes et santé ; lutte contre l’antisémitisme et solidarité avec la Palestine ; centres de rétention administrative ; Allocation aux adultes handicapés ; journées d’été rouge et noir ; STMicroelectronics en grève ; Ségur de la santé ; nationalistes français et turcs à Lyon ; interview d’un dissident azerbaïdjanais ; lutte paysanne en Inde ; pour une nouvelle révolution agraire ; 1871 : l’insurrection populaire en Kabylie ; défendons la Plume noire à Lyon.

Edito : solutions radicales

Ce troisième « vrai faux confinement » peine à freiner la circulation du virus. Après ses dénégations ridicules, le gouvernement a fini, devant l’évidence, par fermer les écoles. Mais pour ce qui est des entreprises, c’est le laisser-faire qui domine. Les personnes, elles, sont de plus en plus sévèrement surveillées et réprimées, avec les lois liberticides récentes (« sécurité globale ») ou à venir (« séparatisme »).

 

Séparatisme(s) : un projet dirigé contre le monde associatif

Si le projet de loi sur le « séparatisme » vise indéniablement les personnes musulmanes en France, on aurait tort de le réduire à un simple instrument de polémique raciste en période pré-électorale : il porte tout un projet de redéfinition de la relation de l’État au secteur associatif.

 

Inculpé·es du 8 décembre : un nouveau Tarnac ?

L’affaire Tarnac, le grand fiasco de l’antiterrorisme français instrumentalisé à des fins politique, pourrait bien se reproduire avec l’inculpation de 7 personnes soupçonnées d’association en vue d’un attentat.

 

La Plume noire : défendre la librairie lyonnaise de l’UCL

Le 20 mars, durant une collecte de produits de première nécessité, la Plume Noire a été attaquée par une cinquantaine de nervis cagoulés qui ont brisé la porte et les vitrines. Certains ont tenté – en vain – d’agresser les gens à l’intérieur. Après quelques saluts nazis et insultes homophobes, ils sont repartis, sans être inquiétés par la police.

 

Femmes et santé : tout ça c’est dans la tête !

La prise en charge de la santé des femmes présente ce paradoxe qu’elles ne sont parfois pas crues quand elles sont malades, les symptômes étant imputés à un état dépressif, ou anxieux, ou même à l’exagération et que, en contrepartie, elles ne sont pas prises en charge correctement quand elles ont des soucis relevant de la psychologie ou de la psychiatrie. Dans les deux cas, les stéréotypes et idées préconçues sur les femmes qu’inculque le patriarcat influent sur le diagnostic.

 

Pharmacopée : le genre des scandales sanitaires

Le capitalisme des producteurs de médicaments, prêts à tuer pour vendre, complète cruellement les injonctions patriarcales.

 

Normes esthétiques : ce que le patriarcat fait aux corps des femmes

Au-delà d’être mal soignées quand elles sont malades, les femmes sont aussi blessées, maltraitées, empêchées, opérées quand elles sont en bonne santé, voire rendues malades. Normes esthétiques, pauvreté, exploitation sexuelle et reproductive, entraves à l’épanouissement, pénibilité des métiers réservés et évidemment violences sont autant d’atteintes à la santé des femmes.

 

Débat : lutte contre l’antisémitisme et solidarité avec la Palestine

Suite à la publication dans nos pages d’un article sur la commémoration du meurtre de Ilan Halimi à l’appel de plusieurs organisations, Pierre Stambul, de l’Union juive française pour la paix (UJFP), a souhaité exprimer un point de vue critique, notamment relativement à l’absence, selon lui préjudiciable, d’une prise de position sur la question palestinienne à cette occasion.

 

Centre de rétention administrative : contre ces prisons qui ne disent pas leur nom

Afin de lutter contre l’augmentation des centres de rétention administrative (CRA) d’ici à 2023, le collectif Colère dans le Loiret lutte contre la construction, en France, de nouveaux lieux de rétention, véritable prisons qui n’en portent pas le nom. Contre l’acharnement de l’État, ni à Orléans, ni ailleurs, plus aucun CRA.

 

Allocation aux adultes handicapés : ne rien lâcher sur l’individualisation

Depuis janvier 2021, la lutte pour la désolidarisation des revenus du conjoint·e, pacsé·e ou du concubin·e pour le paiement de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) a bien progressé. Si l’adoption par le Sénat de la désolidarisation est une belle victoire, en raison de l’opposition farouche de la majorité LREM à cette réforme, le combat pour l’autonomie est loin d’être terminé.

 

Aveyron, 25 juillet-1er août : journées d’été rouge et noir

Chaque été, dans le ca­dre magnifique du hameau de Bécours, en Aveyron, l’UCL organise une semaine d’échanges, de débats, de formations mais aussi de détente. Les abonné·es au mensuel Alternative libertaire y sont également invité·es.

 

Métallurgie : quand les STM secouent les puces au patronat

Oui, la lutte collective peut ressusciter la sociabilité ouvrière obérée par le Covid-19 : ça a grandement aidé la dernière grève chez STMicroelectronics, leader du circuit intégré, à tenir quatre semaines. Mais il a aussi fallu neutraliser les syndicats jaunes. Et pour ça, rien de mieux que l’auto-organisation.

 

David et Sylvie (CGT-santé) : « Les personnels ont compris l’arnaque du Ségur »

David est secrétaire adjoint du ­syndicat CGT du centre hospitalier régional d’Orléans (CHRO). Sylvie est secrétaire de l’union syndicale Santé et Action sociale du Loiret. Il et elle détaillent à Alternative libertaire la mise en place d’une santé à deux vitesses.

 

CGT : parler politique, oui, mais pas politicien

Quel rapport de la CGT au politique et aux partis ? À l’approche du congrès confédéral du printemps 2022, le débat a été relancé par la signature d’un pacte d’action avec des assos ­écologistes, et par les habituels positionnements internes en vue de la présidentielle.

 

Nationalistes français et turcs à Lyon : l’extrême impunité

Depuis des années, Lyon est un laboratoire de l’extrême droite la plus radicale. Les manifestations violentes de ses membres contre les militantes et militants syndicaux, d’extrême gauche, les libertaires et les antifascistes, avec la complicité implicite des pouvoirs politiques, sont légions. Les événements des dernières semaines marquent avec force leur impunité autant qu’elles renforcent notre détermination.

 

Mirzali Mahammad (dissident azerbaïdjanais) : « pour moi, l’ennemi réel, c’est l’impérialisme russe »

Mirzali Mahammad est un dissident azerbaïdjanais, réfugié en France depuis 2016. Actif sur les réseaux sociaux et via Youtube, il a été la cible d’une tentative d’assassinat fin mars à Nantes, probablement commanditée par le régime affairo-clanique de Bakou. Opposant à la guerre azéro-arménienne de l’automne 2020, il donne son point de vue à Alternative libertaire sur la situation actuelle dans son pays.

 

Inde : la paysannerie assiège le pouvoir

Une mobilisation, peu relayée en Occident, contre la libéralisation de l’agriculture bat des records historiques de participation, avec un siège de la capitale Delhi, et fait émerger de nouvelles consciences politiques parmi le paysannat indien.

 

Contre-culture : pour une nouvelle révolution agraire

Le nombre, la place et l’image des paysan·nes ont évolué significativement depuis un siècle, en particulier dans les pays riches où la modernisation est venue bouleverser les pratiques agricoles. Ce texte revient sur cette histoire et sur le rôle que pourraient prendre aujourd’hui les paysan·nes dans la défense d’un projet de société libéré du capitalisme et de la technocratie.

 

Lutte des sucs : éruption contre la déviation

En Haute-Loire, la «  lutte des sucs  » s’organise contre un grand projet de déviation de la RN88 entre les bourgs de Saint-Hostien et Le Pertuis. Le groupe UCL du Puy-en-Velay s’implique dans le combat contre ce projet destructeur et obsolète.

 

Soutien à Morgan Large contre l’agromafia

Morgan Large, journaliste à Radio Kreizh Breizh, a subi menaces et sabotages pour avoir dénoncé les dérives de l’agriculture intensive lors de la diffusion du documentaire Bretagne une terre sacrifiée.

 

1871 : l’insurrection populaire en Kabylie

Le 16 mars 1871, deux jours avant la Commune de Paris, débutait en Algérie la plus importante insurrection contre le pouvoir colonial depuis la fin de la conquête. Aussi appelée «  guerre du Français  » par les Kabyles, on en retient le plus souvent le rôle du décret Crémieux et la dissidence des Mokrani. Elle surgira pourtant des bases populaires et paysannes s’opposant à la prise de pouvoir des colons au moment du rétablissement de la République.

 

Nouvelle traduction : la ferme des animaux

Une œuvre tombe dans le domaine public soixante-dix ans après la mort de son auteur ou de son autrice. C’est un événement qui passe souvent inapercu. Parfois au contraire, plusieurs maisons d’édition profitent de l’occasion pour s’emparer de textes jugés emblématiques. C’est le cas cette année avec Orwell  ; la possibilité pour les éditeurs de se passer des négociations de droits permet un foisonnement de publications. Une aubaine pour qui voudrait lire ou relire ses textes, et s’intéresser de plus près à l’homme.

 

Sylvia Pankhurst : suffragette et anticolonialiste

Il y a quelques mois, nous vous parlions d’Emmeline Pankhusrt à travers la BD Jujitsuffragettes, les Amazones de Londres (Alternative libertaire, décembre 2020). Ce mois-ci, on s’intéresse à sa fille, Sylvia, encore plus insoumise que sa mère. Les chiens ne font pas des chats !

 

Lire : Revue « Les Utopiques » : la Commune de Paris : mémoires, horizons

Les Utopiques est une revue syndicale éditée par Solidaires. Les écrits qui la composent sont le fait de militantes et militants. Et voilà que le numéro 16, paru en mars dernier, revient sur... la Commune !

 
 
☰ Accès rapide
Retour en haut