Tribune

Résistance des ghettos : Dans nos quartiers, ça fait trente ans que c’est la crise !

Version imprimable de cet article Version imprimable


[…] Pour le capitalisme, quand les travailleurs créent des richesses, elles doivent aller dans les poches des patrons et des actionnaires, mais quand les financiers sont responsables des pertes, il est naturel que toute la population paie l’addition ! Voilà comment ça fonctionne ! C’est ainsi qu’en France, le plan de sauvetage s’élève à 360 milliards d’euros (soit 24 millions d’années de smic, 40 années de déficit de la sécu, 6 000 euros par Français !). Et dire que Sarkozy déclarait il y a un an ne pas pouvoir « vider des caisses déjà vides » !

Combien de ces 360 milliards d’euros auraient pu aider à régler la crise sociale de nos quartiers ? Combien auraient pu pallier par exemple le manque de moyen et de personnel dans les hôpitaux publics dont 2 enfants et un adulte ont payé le prix pendant les vacances de Noël ? Combien auraient pu servir pour l’éducation, pour empêcher la privatisation de la poste, ou pour les transports publics qui permettraient de désenclaver nos quartiers ? Enfin, avec la création d’autant de services publics qu’il en manque et qu’il y en a besoin dans nos quartiers, on créerait autant d’emplois publics titulaires qu’il y a de chômeurs et de précaires dans nos quartiers, réglant ainsi 2 problèmes à la fois !

Et si on l’exigeait ? Et dans la foulée, si on exigeait aussi des augmentations drastiques de salaires en prenant sur les revenus des grands patrons, sur les rémunérations du capital ? Si on exigeait immédiatement le smic à 2 000 euros ? Si on obtenait tout ceci, on réglerait de gros problèmes sociaux endémiques à nos quartiers. […] Et en cette année 2009, année anniversaire des premières révoltes populaires de nos quartiers il y a trente ans à Vaulx-en-Velin en 1979 qui verra plusieurs révoltes lui suivre et les premières « politiques de la ville », nous pouvons affirmer que ça fait plus de trente ans de crise sociale et que ni la droite, ni le PS ni le PC ne l’ont jamais résolue, quand bien même avaient-ils vraiment l’intention de la résoudre ? Sûrement pas, et aujourd’hui on en est sûr car le voile tombe enfin. Visiblement il est facile de sauver la finance mondiale à coup de milliards, en revanche pour les banlieues « je crois que ça va pas être possible » !

Mais le scandale de cet argent public gaspillé pour sauver les responsables de notre pauvreté et de notre ghettoïsation n’est pas que français. Aux USA le plan Paulson de sauvetage des banques s’élève à 700 milliards de dollars ! Cet argent, ainsi que celui qui est consacré depuis cinq ans à l’occupation de l’Irak, de l’Afghanistan, et celui donné gratuitement à l’état criminel d’Israël, n’aurait-il pas été plus utile pour nos frères des ghettos noirs comme ceux du Bronx ou de South-Central, pour les millions d’Américains à la rue depuis plus d’un an, pour les immigrés latinos, pour les populations indiennes qui vivent dans une grande pauvreté, et pour tant d’autre... ? […]

Nicolas P. (MQJS)


Cet article est tiré de Résistance des ghettos n° 2, le journal du Mouvement des quartiers pour la justice sociale (MQJS)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut