Le service public de la poste en danger

Version imprimable de cet article Version imprimable


Projection débat autour du film « Poste restante » de Christian Tran, le Jeudi 26 Mars 2009 à18h30 au Foyer du peuple - 50 place Pierre Roux - Marseille 5e - M°Baille

A travers la restructuration du service postal en Ardèche, le film propose une réflexion sur le pouvoir politique, économique et citoyen, où Maires et collectifs d’usagers s’opposent à une logique de rentabilité qui détruit le Service Public.

Le service public de la poste en danger

Depuis des années il y a un recul du service public de « La Poste », résultat d’une la stratégie de restructuration de l’Etablissement Public par ses dirigeants sous le contrôle de l’Etat.

Si la distribution du courrier se fait toujours 6 jours sur7, les facteurs sont soumis à une pression de tous les instants, avec l’allongement des tournées. En alourdissant la charge de travail, les dirigeants de « La Poste » menacent le lien social du facteur avec la population.

Des services gratuits, sont devenus payants tel que « Allo facteur ». Au sujet des tarifs, le prix des réexpéditions, des recommandés ou la fin du colis économique sont autant de décisions qui pèsent sur les usagers.

Coté présence postale, c’est la transformation du réseau de bureaux de poste suivant une logique basée sur la collecte financière. Plus de 5000 établissements sont désormais franchisés et ne proposent plus qu’une vingtaine d’opérations contre plus de 400 dans un bureau classique, quand il ne s’agit pas de fermeture ou de réduction d’horaires d’ouverture.

Cela remet en question la présence postale en zone rurale mais aussi dans les quartiers populaires.

Il n’y a aucune réponse réelle aux attentes et aux demandes des populations .

Ces reculs s’inscrivent dans le cadre d’un processus de privatisation :

réorganisation du « groupe » La Poste avec création de nombreuses filiales, emploi de personnel sous contrats de droit privé (près de 45 % des agentsl), utilisation massive de CDD, achats plus ou moins hasardeux d’entreprises privées en France et à l’étranger….

D’où la nécessité de dégager le maximum de profits, de rentabiliser l’ »entreprise » par les suppressions d’emplois au détriment des missions de service public et des conditions de travail des postiers.

La poste nous appartient, non à sa privatisation !

La logique du Président de la République et de son gouvernement n’est pas de pérenniser ni de garantir les missions de service public. Elle n’est même pas de trouver des solutions à un financement qui ferait défaut.

Dire que la transformation de La Poste en Société Anonyme serait indispensable car il manquerait trois milliards pour assurer ses besoins de financement est un mensonge, car le gouvernement sait trouver des centaines de milliards d’euros pour sauver les banquiers .

L’objectif est de privatiser au profit d’actionnaires privés.

Le fait que le capital cette SA soit au départ 100 % public ne change rien . L’exemple de France Telecom est éclairant :

- 1990 : Fin des PTT avec la création de deux Établissements Publics Industriels et Commerciaux (EPIC) : La Poste et France Telecom.

- 1996 : France Telecom change de statut avec la création d’une société à capitaux publics .

- 1997 : Jospin annonce l’ouverture du capital au privé.

- 2009 : L’Etat ne détient plus que 26% du capital de France Telecom.

On connait le résultat de la privatisation des services postaux en Allemagne, en Suède, en Belgique…

En Angleterre, le gouvernement en même temps qu’il annonce la privatisation, dit qu’il y aura 50 000 suppressions d’emplois sur

170 000 .

Ce processus de privatisation tend à se généraliser parce qu’il correspond à un projet européen qui n’est nullement remis en cause par la crise actuelle.

L’objectif n’est pas seulement de libéraliser le secteur en mettant en concurrence les activités postales. A plus long terme, c’est le modèle de l’Europe libérale qui devrait s’imposer, celui que nous connaissons déjà dans les secteurs de l’énergie, des transports ou des télécommunications, celui des cartels, lorsque les entreprises les plus solides auront absorbé les autres. Un univers où les tarifs s’envolent au gré des ententes industrielles, où l’égalité de traitement est niée et où la qualité de service n’est certainement pas au rendez-vous !

Collectif 4/5 « Défendons le service public de la poste ! » : Usagers, militants CGT-PTT, SUD PTT, PCF, PG, AL, NPA

Contact : defendonslaposte@orange.fr

 
☰ Accès rapide
Retour en haut