Défendons le droit à l’IVG

Pour le droit de jouir sans entraves

Version imprimable de cet article Version imprimable


Il y a trente ans était conquise l’autorisation de l’Interruption volontaire de grossese (IVG) : une avancée sociale historique, constamment remise en cause par l’extrême droite et la droite religieuse. Le 15 janvier, manifestons pour défendre cet acquis, et la liberté des femmes.

Pour le droit de jouir sans entrave
Tract d’Alternative libertaire, janvier 2005.

Il y a 30 ans était votée la loi Veil qui autorisait (provisoirement à l’époque) l’Interruption Volontaire de Grossesse. C’était la fin des souffrances et des morts quotidiennes par avortement clandestin à l’aiguille à tricoter, la fin des curetages à vif, la fin de la honte et du silence. C’était la victoire des luttes des femmes. De nombreuses améliorations ont eu lieu au cours des années : remboursement, suppression de l’autorisation parentale pour les mineures, IVG médicamenteuse, dépénalisation définitive...

Mais avorter reste un acte à part : une femme qui avorte doit toujours se justifier ; les médecins ont le droit de ne pas appliquer la loi grâce à la « clause de conscience » ; les services spécialisés n’ont pas de moyens ; les médecins ne sont pas remplacés ; dans beaucoup d’hôpitaux les IVG se font dans le service maternité, mélangeant bébés et femmes en attente d’IVG dans les salles d’attente ; il y a des consultations pré-IVG où le médecin fait une échographie et montre combien le « bébé » va bien...

Toutes ces difficultés, ainsi que celles faites à l’accès à la contraception, illustrent l’impossibilité qu’ont le système patriarcal et ses notables à admettre que les femmes puissent faire l’amour librement, sans la menace ou la sanction d’une grossesse, juste pour le plaisir.

Un droit menacé

Le droit à l’IVG doit de plus faire face aux attaques réactionnaires de la droite gouvernementale et des intégristes catholiques : tentatives de modifier la loi et d’obtenir une jurisprudence pour donner la personnalité juridique au foetus, manifestations catholiques intégristes autour des cliniques pratiquant les IVG, interventions culpabilisantes auprès des femmes, amalgame entre un foetus et un enfant, entre les avortements et le génocide des juifs... Ce que l’extrême droite dénonce aussi à travers l’IVG, c’est une prétendue dénatalité qui justifierait une immigration qui leur fait horreur.

L’extrême droite prépare pour le 23 janvier une manifestation sur le thème « 30 ans ça suffit », manifestation qui sera rejointe sans complexe par tou-te-s les tenant-e-s de l’ordre moral.

Descendons dans la rue le 15 janvier pour :
- célébrer la victoire que fût la loi Veil ;
- réclamer son application pleine, entière et sans culpabilisation ;
- dire aux intégristes religieux et autres réacs notre détermination à défendre notre droit au plaisir et à l’avortement, ce sera notre seule occasion de le faire face à l’extrême droite qui manifestera le 23 janvier.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut