Manifeste de l’UCL

Une organisation militante autogérée

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’UCL est une fédération autogérée, placée sous la responsabilité collective de l’ensemble de ses militantes et militants. Sans nier la nécessité et l’importance des activités de coordination et d’animation de l’organisation, nous cherchons à établir un cadre de débat et d’intervention horizontal et décentralisé.

L’UCL est sous la direction collective de ses membres.
cc Azagra

L’Union communiste li­bertaire n’est pas un parti : elle n’a pas vocation à briguer les voix des électeurs et électrices. L’activité essentielle de l’organisation est le développement et l’auto-organisation des luttes contre tous les systèmes de domination : par sa politique et par sa propagande, par sa réflexion collective, par la formation, par l’aide qu’elle apporte, par l’action de ses membres.

Elle œuvre à l’émergence d’un contre-pouvoir de la base de la société et à une rupture avec l’or­dre capitaliste, patriarcal et raciste.

Solidarité, luttes, autogestion

Nous voulons également faire de l’UCL un espace privilégié de solidarité et d’entraide, notamment face à la répression.

L’organisation repose, et ce jusqu’à ce que les adhérentes et les adhérents en décident autrement, sur le présent Manifeste. Ni programme historique, ni déclaration de principe immuable, ce manifeste n’est en effet qu’un moment d’un processus théorique, pratique et organisationnel, qui contient lui-même une dynamique potentielle de dépassement.

Un contrat statutaire fixe les règles du fonctionnement de l’organisation et lie toutes et tous les membres librement associé·es. Les orientations stratégiques de l’organisation, ses prises de positions, ses décisions sont soumises aux débats, à la décision collective, aux votes de l’ensemble de l’organisation. Celle-ci constitue ainsi un terrain d’expérimentation pour la démocratie autogestionnaire et fédéraliste, en cohérence avec le projet communiste libertaire : nous voulons une société égalitaire, sans dirigeant, et nous nous efforçons de la faire vivre au sein de l’UCL.

Cette alternative en acte permet aux militantes et aux militants de posséder un réel vécu et une pratique autogestionnaire. Cela leur donne la possibilité d’insuffler avec plus de facilité et d’assurance ces pratiques au sein des luttes et des mouvements sociaux, dans les collectifs, syndicats et associations dans lesquels ils et elles militent.

Un fonctionnement en cohérence avec nos finalités

L’organisation est donc une fédération autogérée, placée sous la responsabilité collective de l’ensemble de ses militantes et militants. En renversant l’image traditionnelle du parti hiérarchisé, mais sans nier la nécessité et l’importance des activités de coordination et d’animation de l’organisation, nous cherchons à établir un cadre de débat et d’intervention horizontal et décentralisé.

La pratique du mandatement permet de concilier élaboration collective et efficacité ; les mandats sont définis, contrôlés par les membres de l’organisation qui peuvent le cas échéant, révoquer les personnes mandatées.

L’organisation est un lieu pluriel où, sur un fond politique commun, une grande diversité d’opinions peut s’exprimer librement. S’il est naturel qu’elle se donne démocratiquement une orientation majoritaire, elle n’en garantit pas moins scrupuleusement les droits des minorités et des groupes locaux à l’expression. Cela dans le débat interne bien sûr, mais aussi dans la presse de l’organisation, selon des modalités établies par le contrat statutaire.

L’organisation cherche la convergence des actions de ses membres dans un souci évident d’efficacité. Les militantes et les militants sont lié·es par leur mandat lorsqu’il s’agit de parler ou d’agir au nom de l’organisation mais, en dehors de cela, chacune et chacun peut agir selon ses choix personnels.

L’organisation se refuse à tout rapport de direction ou de substitution en direction des luttes des travailleuses, des travailleurs et de la population. Elle peut participer à l’organisation d’initiatives et de mobilisations. Les militantes et les militants de notre courant peuvent prendre toute leur place dans ces luttes. Mais la direction des luttes sociales doit rester sous le contrôle collectif de ceux et celles qui les font vivre. Notre combat est international tout comme la structuration du courant que nous construirons.

- Lire le chapitre précédent
- Lire le chapitre suivant


Le Manifeste en numérique et en papier

Manifeste en PDF maquetté
à télécharger
Manifeste en PDF simplifié
à télécharger
Manifeste en eBook
à télécharger
Format 23x32 cm, 20 pages, 2 euros
à acheter ici
 
☰ Accès rapide
Retour en haut