La direction SNCF se lance dans la répression à grande échelle

Version imprimable de cet article Version imprimable


On a entendu parler, dans les médias, des licenciements qui menacent des centaines de vendeur-se-s de billets en Île-de-France. Une trentaine de cheminot-e-s ont déjà été viré-e-s, la plupart en clamant leur innocence totale. Les failles du système informatique étaient dénoncées par les représentant-e-s du personnel depuis des années : les patrons sont donc largement responsables de la situation créée, et ils semblent même décidés à en profiter.

Ainsi, la direction SNCF ose écrire dans un document interne qu’elle revoit à la baisse la formation des agents commerciaux nouvellement embauché-e-s (temps de formation divisé par deux), parce qu’elle doit rapidement faire face au remplacement des futur-e-s licencié-e-s, annonçant un chiffre “ pouvant aller jusqu’à 300 ! ”. Autre forme de répression, plus classique, celle contre les militants syndicaux. Ainsi, un délégué SUD-Rail de Dijon se retrouve inculpé de “ violence en réunion avec arme par destination ”. Son crime ? Lors d’un rassemblement (pour protester contre le licenciement d’un autre délégué SUD-Rail !), il aurait donné un coup de “ corne de brumes ” trop près des oreilles de la directrice régionale. Suite au dépôt de plainte de la direction, il a été arrêté chez lui, mis en garde à vue durant 48 heures, son domicile a été perquisitionné. Et la police a retrouvé... un sifflet !

Quatre plaintes ont été déposées au total par la direction régionale SNCF de Dijon. Une direction régionale couverte, voire guidée par la direction nationale et Idrac, la patronne de la SNCF : dès le lendemain, celle-ci publiait un communiqué évoquant des “ violences ” !

Les difficultés intersyndicales pèsent dans ce genre de situation mais la riposte s’organise. Pourtant, ce sont bien tou-te-s les syndicalistes qui doivent réagir, refuser de telles infamies. Nous devons opposer une résistance déterminée à la criminalisation de l’action syndicale !

Notre camarade sera jugé le 14 novembre. Nous serons à ses côtés.

AL Rail

 
☰ Accès rapide
Retour en haut