Procès de Jean-Pascal, Valentin, Reda et Pierre-Louis à Aix

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 15 septembre se tenait à Aix le procès de militants anti-CPE, accusés de “ rébellion avec violence ” et “ violence volontaire sur agents ”. Ces camarades avaient été inculpés suite à un rassemblement ayant dégénéré lors d’un “ débat université-emploi ” le 7 juin dernier [1]Le soutien aux inculpés a été organisé sur la fac en juin et en septembre. Au final, c’est 150 personnes qui se sont rassemblées devant le tribunal d’Aix lors du procès. Presque toutes les organisations syndicales de la région étaient représentées, en particulier Solidaires et la CGT. Un dispositif démesuré avait été mis en place par la police : pas moins de six camions de CRS ! La défense avait été organisée collectivement par les quatre avocats, qui ont démonté point par point le dossier d’accusation, rempli d’incohérences. Les procureurs ont tenté de déconnecter le procès du contexte politique... en vain. Ils n’ont attaqué que sur la “ rébellion ” et pas sur la “ violence volontaire ”. Finalement, après 5h30 d’audience, les procureurs ont requis des dommages et intérêts importants pour les flics, qui avaient pris soin de se faire prescrire des ITT (interruptions temporaire de travail) démesurées, et 2 mois de prison avec sursis pour Valentin, Reda et Pierre-Louis, 4 mois de prison avec sursis et 1 semaine de “ stage civique ” dans la police pour Jean-Pascal.

Le verdict sera rendu le 10 novembre au tribunal d’Aix. Soyons nombreux-se-s pour condamner la justice de classe et la criminalisation des mouvements sociaux !

Grégoire Mariman (AL Paris Sud)

[1Nous renvoyons au numéros d’AL de juillet-août et de septembre.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut