Solidarité avec le personnel et les étudiant-es de Sao Paulo

Version imprimable de cet article Version imprimable


Brésil : La présidence de l’Université de Sao Paulo veut faire un exemple.

Au printemps 2007, le gouverneur de l’Etat de Sao Paulo, José Serra, a décidé par une série de décrets de tailler une université à budget réduit et réformée selon les voeux du patronat. Les étudiant-es, le personnel de l’université ainsi qu’une partie des professeur-es ont résisté et mené une grève victorieuse : les décrets ont été repoussés.

A l’heure où le gouverneur revient à la charge, la présidence de l’université de Sao Paulo a manifestement choisi son camp. Tous les moyens sont bons pour tenter de museler les velléités d’opposition : mise à pied des syndicalistes qui ont soutenu le mouvement, menaces de licenciement, menaces d’exclusion pour les étudiant-es un peu trop virulent-es.

Que ce soit en France ou Brésil, la logique de nos gouvernements est la même : ils se soumettent au patronat et réprime par tous les moyens tout mouvement social s’opposant à leurs politiques néo-libérales.

Nous nous élevons contre toute politique visant à casser le service public au profit d’intérêts privés ainsi que toute répression des mouvements sociaux. Par conséquent, Alternative Libertaire tient à exprimer sa solidarité à l’ensemble du personnel et des étudiant-es des universités de Sao Paulo qui se battent contre ces réformes et exige l’arrêt de toute mesure visant à intimider et réprimer les grévistes.

Alternative libertaire, le 11 novembre 2008

 
☰ Accès rapide
Retour en haut