Cinéma : Delépine et Kervern, « Louise-Michel »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Ce film dont le titre évoque une figure de proue de l’anarchisme de la fin du XIXe siècle n’a en fait rien à voir avec la « bonne Louise », du moins le semble-t-il…

Un matin, les ouvrières d’une usine de textile picarde, en arrivant sur leur lieu de travail, trouvent les locaux vides, les machines ayant été délocalisées on ne sait où. Les ouvrières, qui ont reçu une indemnisation ridicule veulent se battre. Mais au lieu de lancer un mouvement social, elles décident, sur la suggestion de Louise, de mettre en commun leurs indemnités pour engager un tueur à gages qui liquidera leur patron. Louise, qui est devenue une femme pour trouver du travail après quinze années passées en prison pour meurtre, se charge de contacter le tueur à gages. Celui-ci, Michel, caractérisé par sa maladresse, est devenu un homme afin de trouver du travail dans la sécurité.

Les deux acolytes se lancent dans une quête à travers l’Europe pour retrouver le vrai patron de l’usine, particulièrement difficile à identifier du fait de l’opacité de la finance mondialisée. Résultat : ils se trompent à plusieurs reprises de cible. Le comble de l’absurdité est atteint lorsque le véritable patron de l’usine est localisé. Lorsqu’il apprend pourquoi il doit mourir, il ne peut que s’esclaffer. Lui pense sincèrement que « ça fait trente ans qu’il n’y a plus d’usines en Picardie ». Entre les actionnaires indifférents à l’élément humain et les ouvrières qui subissent le système sans le comprendre, c’est le gouffre.

Un film bien dans l’univers Groland, comique et glauque – les meurtres sont commis par des malades en phase terminale – dont les personnages sont des anti-héros forcément attachants. Les réalisateurs ne cachent pas qu’ils ont choisi leur camp : pour une fois, c’est le monde d’en bas qui retourne la violence contre les dominants. On n’oubliera pas de saluer la performance de Yolande Moreau !

Matthijs (AL Montpellier)

  • Benoît Delépine, Gustave Kervern, Louise-Michel, 94 min, 2008. Avec Yolande Moreau, Bouli Lanners, Yannick Jaulin, Albert Dupontel, Robert Dehoux.
 
☰ Accès rapide
Retour en haut