G8 d’Évian : C’est la fête au village

Version imprimable de cet article Version imprimable


La mobilisation contre le G8 peine à passer la vitesse supérieure. Syndicats et associations de lutte semblent ne pas se sentir véritablement concernés par la venue en France, dans quelques semaines maintenant, des saigneurs du monde. Pourtant, le lien entre les décisions du G8 d’une part, et la guerre, les privatisations ou les délocalisations d’autre part n’est pas difficile à établir.

Heureusement, des collectifs de plus en plus nombreux travaillent déjà d’arrache-pied à la mobilisation. Depuis la réunion européenne qui a eu lieu le 1er mars à Genève, on sait que les villages contre le G8 seront à Annemasse, juste à côté de la frontière franco-suisse. « Villages » au pluriel, car certaines composantes autoritaires continuent à vouloir tirer la couverture à elles.

Trois villages pour le prix d’un ?

Actuellement, il semblerait qu’on s’achemine vers au moins trois villages. Le Village alternatif anticapitaliste et antiguerres (VAAAG, www.vaaag.org) reste la principale initiative. Il est soutenu par les organisations libertaires regroupées dans la Convergence des luttes anti-autoritaires anticapitalistes contre le G8 (CLAAACG8, www.claaacg8.org), mais aussi par exemple, et selon les localités, par Droits devant !!, le Forum des luttes sociales, le Comité Chiapas, AC ! ou encore à Angers le syndicat SUD-Rail. Si quelques « fortes personnalités » du mouvement libertaire ont peut-être parfois pu donner l’impression de vouloir transformer le VAAAG en « camp retranché libertaire », la logique de fond est différente : collectifs locaux auto-organisés d’individus (les organisations sont en soutien), fonctionnant sur le principe de l’assemblée générale et regroupant toutes les personnes qui se retrouvent dans le texte d’appel.

On peut donc légitimement s’interroger sur le lancement d’un autre village intitulé G8-Illegal, à l’initiative principalement des JCR. Sous l’œil de Vamos, Aarg et SUD-Étudiant, se déroule une étrange parade nuptiale entre les JCR d’une part et l’UNEF et le MJS (Mouvement des jeunes socialistes) d’autre part. La volonté d’ouverture proclamée ne suffit pas à dissiper une désagréable impression de stratégie du « tout sauf les libertaires », se matérialisant par des pratiques de manipulation et des tentatives de passage en force. Il faudra voir dans la durée si le G8-Illegal est capable de travailler avec d’autres en acceptant d’être parfois contredit.

Enfin, il semblerait qu’un troisième village soit souhaité par les Verts. Il est difficile de savoir si ce n’est pas qu’un effet d’annonce pour occuper le terrain.

Le PS contorsionniste et opportuniste

Tous ces villages sont soutenus par le collectif de préparation des mobilisations contre le G8, dont Alternative libertaire a récemment claqué la porte. Trois raisons à cela. La première est un fonctionnement bien peu démocratique, où les combines de couloirs et les copinages ont plus d’importance que les assemblées générales et les décisions collectives. La deuxième est une volonté évidente d’une partie des organisations de servir de marche-pied (et de paillasson) aux sociaux-démocrates pour les remettre en selle sur la question de la lutte contre la mondialisation capitaliste. Le MJS et certaines sections du PS ont signé le texte unitaire, alors même que ce parti, lorsqu’il était au pouvoir, a activement soutenu et légitimé le G8 et toutes les institutions capitalistes internationales. La troisième raison est une contradiction évidente entre les négociations plus ou moins occultes avec les autorités et le message affiché de l’illégitimité du G8. Tout cela cumulé fait beaucoup.

Libertaires à l’offensive

La CLAAACG8 est le premier regroupement de résistance au G8 à proposer du matériel de mobilisation. Elle devrait prochainement s’ouvrir à l’international. La Federazione dei comunisti anarchici (Italie) et Apoyo mutuo (Espagne) souhaitent déjà nous rejoindre.

Dans le même temps, le réseau Solidarité internationale libertaire (SIL, www.ils-sil.org) est en train de mettre sur pied une tournée européenne (Espagne, France, Suisse) de camarades brésiliens (Federaçao anarquista gaucha) et argentins (Organisación socialista libertaria). Ils y présenteront l’avancement des projets soutenus par le réseau SIL [1] et la situation politique et sociale en Amérique du Sud. Mais ils participeront également pleinement à la mobilisation contre le G8. Cette tournée devrait se terminer au VAAAG.

Laurent Scapin, le 16 mars 2003

[1Vous pouvez continuer à soutenir ces projets en envoyant vos chèques à l’ordre de Solidarité internationale libertaire à la boîte postale d’Alternative libertaire. Actuellement, 500 euros ont été ou vont être envoyés par les organisations françaises de SIL à chacune des organisations suivantes : Federacion anarquista uruguya, Federaçao anarquista gaucha, Organisación socialista libertaria.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut