Syndicalisme

On ne laisse pas tomber les camarades (suite)

Version imprimable de cet article Version imprimable


Après la prison avec sursis, après les sanctions financières, l’exclusion ! Deux syndicalistes de Solidaires-Etudiants à Lyon-II sont menacés d’exclusion de la fac pour leur action durant le mouvement étudiant de novembre 2013. Leur défense est politique, le soutien est nécessaire.

Vincent et Myriam sont convoqués en conseil de discipline le 20 octobre. Le but de la démarche, légale, est de les exclure de la fac le plus longtemps possible. Leur seule défense possible sera donc une défense politique. Il faut mobiliser un maximum autour de cette répression.

Rappel des faits :

Le 21 novembre 2013, au cours du mouvement étudiant de Lyon-II, 6 étudiantes et étudiants étaient sortis manu militari du campus et placés en garde à vue pendant vingt-trois heures, à cause de leur intrusion dans un conseil de la présidence.

Trois syndicalistes de Solidaires-Étudiant — dont 2 militantes d’Alternative libertaire (Julie et Myriam) — avaient été poursuivis pour « violence aggravée » et « rébellion » pour deux d’entre eux.

Ils et elles étaient accusés d’avoir porté des coups aux vigiles de la sécurité incendie qui leur barraient l’entrée de l’amphi et d’avoir opposé une résistance à la police lors de leur interpellation.

Toutes les personnes interpelés violemment par la police connaissent cette vieille technique policière, régulièrement dénoncée par le Syndicat de la magistrature : vous êtes frappé, menotté, puis les policiers, à la fois pour se couvrir et pour arrondir leurs fins de mois, portent plainte contre vous pour « outrage et rébellion ».

Julie a été acquittée, mais Vincent et Myriam ont écopé respectivement de six mois et trois mois de sursis. En plus de leurs 1.000 euros de frais d’avocats, ils doivent verser au total 4.350 euros de frais de justice, de remboursements de frais d’avocat à la partie adverse et d’indemnités aux plaignants. Ils ont choisi de ne pas faire appel.

Une campagne financière les a aidé à faire face aux frais d’avocats, mais la solidarité doit se poursuivre.

Un récit et quelques photos des événements de l’époque :

 
☰ Accès rapide
Retour en haut