Lire : Paco Ignacio Taibo II, « Le Retour des tigres de Malaisie »

Version imprimable de cet article Version imprimable


Au tournant du XXe siècle, l’écrivain italien Emilio Salgari inventait les Tigres de Malaisie. Bande de pirates idéalistes réunis autour du prince Sandokan et de son complice portugais Yañez, ils écument les mers de Chine pour redresser les torts, déjouer des complots ourdis par de méchants esclavagistes, et affronter étrangleurs indiens et soldats anglais. Dans la lignée de Jules Verne et d’Eugène Sue, il fonde pour l’Italie une littérature d’aventures populaire et prolifique.

Paco Ignacio Taibo II, le célèbre écrivain mexicain militant, reprend les personnages, le style bondissant de Salgari et donne une suite aux aventures de Sandokan. Maintenant âgés d’une soixantaine d’années, mais toujours verts et pleins de ressources, avec l’équipage de la Mentirosa il leur faut déjouer un complot animé par nul autre que l’infâme professeur Moriarty - l’implacable adversaire de Sherlock Holmes ! – bien décidé à créer un empire commercialo-esclavagiste au beau milieu de Bornéo.

Des Philippines à Sumatra, tous les (merveilleux) clichés du genre y passent : naufrages , canonnades, évasions et sauvetages in-extremis. Old Shatterhand, autre héros des romans populaires (allemands), confirme que les Gentils sont d’une agilité diabolique à la carabine, tandis que les Méchants sont veules, capitalistes et ne savent pas se battre.

Le tout ponctué du regard toujours aussi affuté et ironique de PIT II – l’auteur, pour rappel, d’une biographie du Che, de nombreux romans noirs toujours sur fond social et politique – dont l’un co-écrit avec le sous-commandant Marcos.

Ça se lit comme un Corto Maltese, sans le snobisme, ou comme Dumas, l’anticapitalisme aiguisé en plus. Et si tout est invraisemblable, héroïque et trépidant, c’est pour mieux renouer avec le genre : dirigeables et sous-marins, îles secrètes et passages souterrains. C’est frais comme des illustrés d’enfance, avec ce mélange très particulier à l’auteur de nostalgie, d’indignation et de drôlerie.

Cuervo (AL 95)

  • Paco Ignacio Taibo II, Le Retour des tigres de Malaisie : Plus anti-impérialistes que jamais, Métailié, 2012, 320 p., 20 euros
 
☰ Accès rapide
Retour en haut