Politique

Appel à soutien : Survie, une association anticolonialiste française

Version imprimable de cet article Version imprimable


Abbattre la Fançafrique et lutter contre le néocolonialisme, c’est le combat de l’association Survie depuis plus de 35 ans. Par ses recherches, ses publications et ses actions, Survie met en lumières les exactions de l’État français et des multinationales. Combattons aux côtés de Survie !

Fondée en 1984 sur la base d’un appel à une meilleure aide au développement que les initiateurs appelaient au travers d’une loi dite «  de Survie  », l’association a pris un tournant radical en 1994 suite au génocide des Tutsi au Rwanda et à la complicité française manifeste  : plus question d’aide au développement (qui est partie intégrante du problème néo-colonial)  ; il s’agit avant tout de cesser de nuire, et de lutter contre la françafrique.

Aujourd’hui, le terme Françafrique est connu, mais les réalités qu’il cache le sont encore assez peu… et les formes de prédation, de criminalité, de domination ont beaucoup évoluées. Aussi, le combat de Survie est toujours d’actualité, et continue à être mené par une association qui a également beaucoup mutée.

Depuis la mort de Verschave en 2005, président emblématique et omniprésent, plusieurs présidentes et présidents se sont succédés (avec une co-présidence depuis plusieurs années), de nombreux militantes et militants se sont investis, toujours accompagnés d’une équipe salariée de taille variable et relativement faible au regard de l’ampleur des combats à mener.

Il faut dire que Survie refuse de demander des subventions publiques (hors aides à l’emploi) afin de ne pas dépendre des pouvoirs et de garder toute son indépendance et sa liberté de ton. Aussi, bien que l’équipe salariée soit importante, l’essentiel des forces vives de Survie est dans ses militantes et militants qui, un peu partout en France, réalisent des recherches, écrivent, organisent des soirées débats, projections, concerts, expos… La tâche est ardue car les problèmes traités semblent souvent éloignés des préoccupations quotidiennes, et donnent par ailleurs un sentiment d’impuissance.

En 2021, les principaux dossiers sont le suivi du processus d’indépendance de la Kanaky, le procès contre Total (co-porté avec d’autres associations) pour un projet d’Oléoduc en Ouganda, faire reconnaître juridiquement les complicités françaises dans le génocide des Tutsi, suivre l’actualité, du Sahel (avec l’opération Barkhane) aux grands lac en passant par les dictatures d’Afrique centrale… et de dénoncer sans cesse les crimes, les pillages, les compromissions. Par ailleurs, la question du racisme et des logiques de colonialisme «  intérieur  » sont également de plus en plus présentes dans les écris et discours des membres de Survie.

Aujourd’hui, de plus en plus de gens rejettent la Françafrique et tous ses mécanismes de domination et de prédation… et les écris de Survie y contribuent sans doute assez largement... mais cette association d’à peine 1 500 adhérents, qui est au cœur de ce combat, a besoin d’un soutien bien plus important pour passer à une autre échelle d’action. Tout soutien est alors bienvenu… ne serait-ce qu’en s’abonnant au journal Billets d’Afrique, qui donne chaque mois de nouvelles raisons de vouloir faire la révolution et abattre la Françafrique !

Noël Surgé

 
☰ Accès rapide
Retour en haut