Exclusion d’un membre de l’Union communiste libertaire

Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 18 octobre 2020, la coordination fédérale de l’Union communiste libertaire a voté, à 98,85 % des mandats, l’exclusion de Hoel (Ilrandar) membre du groupe de Toulouse et alentours, à la suite d’une accusation de viol.

Cette décision résulte d’une procédure fédérale déclenchée au sein de l’organisation au mois de mars 2020.

À l’issue de cette procédure, l’organisation a estimé que la gravité des faits recueillis rendait impossible la présence de cet adhérent dans nos rangs.

Comme le prévoit notre procédure en cas d’agression, connue de tout membre de l’UCL, nous souhaitons informer largement le milieu militant de notre décision, afin de nous assurer que de tels agissements de sa part ne trouvent plus leur place nulle part, et nous invitons les autres cadres dans lesquels il peut agir à prendre leurs dispositions pour assurer la sécurité de leurs militant.es et sympathisant.es.

Il nous semble primordial de briser le silence qui permet à de tels actes de continuer à exister.

Notre organisation rappelle sa détermination à lutter contre le patriarcat sous toutes ses formes, qu’il s’agisse de violences délibérées ou d’une absence de réaction complice.

Pour toute question relative à nos statuts et procédure d’exclusion : contact@communisteslibertaires.org

Union communiste libertaire, le 20 décembre 2020

 
☰ Accès rapide
Retour en haut