Des syndicalistes d’Ille-et-Vilaine décloisonnent les débats

Version imprimable de cet article Version imprimable


Après le succès inattendu d’une « lettre ouverte » d’opposants CGT et FSU, une initiative prise à Rennes donne l’exemple de ce que peut être une stratégie de convergence syndicale.

Depuis début juin, circule dans les milieux syndicaux une pétition au titre quelque peu ésotérique de « Lettre ouverte de masse aux états-majors syndicaux ». Cette lettre ressasse les poncifs habituels dans les courants staliniens : interpellation des « états-majors » au lieu d’interpeller les militantes et les militants et comme perspective benoîtement républicaine de « remettre la France sur la voie des libertés démocratiques et du progrès social ». Un « appel » de plus, donc, comme on en a vu tant. S’il faut l’évoquer, c’est surtout parce qu’il a recueilli presque 3.300 signatures en trois mois, ce qui est symptomatique des interrogations qui traversent actuellement le mouvement syndical.

L’appel de Rennes

Plus significatives encore sont les réunions intersyndicales qui se sont tenues à Rennes à l’initiative de la CGT-Communaux. Ce syndicat, très mécontent après la journée de grève du 17 juin, et hostile à la stratégie de « compromission » de la confédération CGT, s’est adressé dès juin aux autres forces syndicales combatives du département.

Une première réunion en juin a débouché sur un texte, signé de 15 syndicalistes CGT, 2 de l’Unef, 2 de SUD, un de la FSU soulignant la « nécessité aujourd’hui d’une réflexion […] pour une recomposition syndicale permettant un front de résistance sociale : axe CGT-FSU-Solidaires... Et ne pas subir celle que le gouvernement et le Medef voudrait imposer : CFTC-FO... CGC-Unsa, au travers de la loi sur la représentativité syndicale ... ».

Une nouvelle réunion le 28 août a rassemblé 15 délégués, dont 4 de SUD-Santé, 1 de SUD-CT, 1 de SUD-Educ, 1 de SUD-Étudiants, 1 de la FSU, 1 de l’Unef et 2 de la CNT dont le secrétaire confédéral. Les représentants de la CGT-Communaux étaient bien sûr présents, avec le soutien des syndicats locaux des Finances, du Trésor, de la Recherche et de la Drass.

Suite à ces réunions, un appel baptisé « Assez de confusion ! Assez de division ! », a été rédigé. Quelques extraits significatifs : « nous syndicalistes avec les salariés, nous en avons assez d’être baladés de journées d’action en journées d’action éclatées et sans continuité. Faute d’une riposte généralisée, le gouvernement fera passer toutes ses contre réformes...Et ça, nous ne l’acceptons pas ! Aussi nous appelons l’ensemble des directions syndicales avec les salariés, à tout mettre en oeuvre pour faire converger les mécontentements et fédérer les revendications. Pour que nous faisions front tous ensemble, en même temps à la rentrée. Quelques soient les formes de cette mobilisation : une grande manifestation unitaire, nationale ou dans chaque ville, en organisant des blocages de la vie économique, ou en reconduisant les grèves dans les entreprises... »

Signé de 100 syndicalistes d’Ille-et-Vilaine de divers secteurs, il sera distribué dans les manifestations du 7 octobre.

Noël Morel (AL Paris Nord-Est) et Goulven (AL Rennes)

 
☰ Accès rapide
Retour en haut