Pour le droit à l’avortement, solidarité avec les femmes du monde entier

Version imprimable de cet article Version imprimable


Victoire des conservateurs dans leur guerre contre les femmes : Le Texas vient de se doter d’une loi qui interdit l’avortement après 6 semaines de grossesse, quelles que soient les circonstances. Il s’agit de la loi la plus restrictive sur l’avortement (IVG et IMG) depuis sa légalisation.

Six semaines de grossesse, c’est la moitié du délai accordé par la France, le quart de celui accordé en Espagne. A six semaines, ce n’est pas assez de temps pour que la plupart des femmes puissent se rendre compte de leur grossesse. Cette loi ne fait aucune exception pour les victimes de viol et d’inceste, ni même quand l’embryon n’est pas viable.

Avalisée par un arrêt de la Cour Suprême, cette loi donne aux citoyens la responsabilité de porter plainte contre les femmes enceintes et les organisations qui les aident à avorter, avec possibilité de dédommagement financier. Il s’agit ainsi d’instaurer un droit de délation à l’encontre des femmes et celles et ceux qui fourniraient aide, soutien ou même simples conseils. Un site internet visant à recueillir ces délations a même été ouvert brièvement. L’Etat texan encourage ainsi la violence à l’égard de celles et ceux qui pratiquent et bénéficient de l’IVG. Par ailleurs, en profitant du verrouillage de la Cour Suprême des Etats-Unis, les conservateurs ouvrent ainsi la porte à une guerre judiciaire qui vise à terme à abolir dans les faits le droit à l’avortement dans ce pays, comme le montrent des projets de loi similaires en préparation en Floride, et certainement dans d’autres Etats. Comme d’habitude, cette loi va affecter encore plus durement les plus pauvres et précaires parmi les Texanes. En plus du risque de subir des violences suite à une dénonciation, de nombreuses femmes seront contraintes de se rendre dans un É tat frontalier ce qui représentera un coût et des difficultés matérielles extrême ; le seul surcoût calculé pour franchir la frontière, correspondant en moyenne à une journée complète de travail au salaire minimum.

L’UCL tient à rappeler que le droit à disposer de son corps, à choisir librement sa grossesse, est une liberté fondamentale. Toute notre solidarité féministe va aux femmes du Texas et d’ailleurs, humiliées et contraintes par leurs concitoyens et les juges. Rappelons-nous que l’interdiction de l’avortement ne fait pas disparaître les avortements, seulement les avortements en toute sécurité.

Union communiste libertaire, le 9 septembre 2021.

 
☰ Accès rapide
Retour en haut