Antiracisme

Combattre les logiques de ségrégation

Version imprimable de cet article Version imprimable


L’islamophobie se définit comme le racisme à l’égard des populations de confession musulmane ou perçues comme telles. Il ne se confond pas avec la critique de l’islam en tant que doctrine religieuse, qui relève de la liberté d’opinion.

Cependant, la volonté d’invisibiliser, dans l’espace public, certains symboles religieux (par exemple le voile, le halal, les mosquées) témoigne d’une stratégie discriminatoire. Cela participe à développer une peur de l’islam, diffusant ensuite le racisme que subissent les personnes musulmanes ou assimilées comme telles  : le terme est consacré, continuer à polémiquer dessus est stérile.

Nous sommes actuellement face à une nouvelle offensive islamophobe de la part des institutions françaises, quelles soient politiques ou médiatiques, tel Blanquer reprenant les éléments de langage du RN quand il prétend que «  l’islamo-gauchisme fait des ravages [...] à l’université  ».

De manière générale, c’est l’ensemble des personnes musulmanes ou perçues comme telles qui sont ciblées par des mesures liberticides visant à en faire des citoyennes et citoyens de seconde zone aux droits limités, réactivant ainsi la logique coloniale dans laquelle l’islamophobie s’inscrit.

La société pour laquelle nous nous battons doit garantir la liberté de conscience et la liberté de culte, dans une stricte séparation entre les confessions et les affaires publiques, mais sans discrimination envers une minorité religieuse particulière.

Union communiste libertaire

 
☰ Accès rapide
Retour en haut